Forum des gestionnaires d’EPLE
Bienvenue dans le forum des gestionnaires et personnels d'intendance des EPLE !
Forum des gestionnaires d’EPLE


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 La pauvreté à l'école

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mad Max
Veille informative
Veille informative
avatar

Nombre de messages : 4405
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 13:35

Médecine scolaire, fonds sociaux et non-recours au droit, gratuité de la restauration scolaire, expulsions des logements... ces sujets ont été abordés en commission à l'Assemblée nationale le 7 février, dans le cadre d'une table-ronde destinée à identifier des solutions pour lutter plus efficacement contre la pauvreté des enfants à l'école. *

En France, un enfant sur dix vit dans une situation de grande pauvreté, c'est-à-dire dans une famille dont le revenu est inférieur à 500 euros par mois (1). Ces 1,2 million d’enfants font partie des 3 millions vivant avec leur famille sous le seuil de pauvreté. 7,7% des enfants sont concernés par le phénomène de sous-alimentation, 48% des décrocheurs sont des enfants d'ouvriers contre seulement 5% des enfants de cadres. Une personne qui vit durablement en situation de grande pauvreté a 25 ans d'espérance de vie de moins que les autres... Tels sont quelques-uns des constats qui ont été égrenés à l'occasion d'une table-ronde consacrée au thème de la pauvreté à l'école, organisée par les commissions des affaires culturelles et de l'éducation et des affaires sociales, le 7 février 2018.
Face à cette situation "insupportable" et alors que "les enseignants et équipes éducatives sont en première ligne pour l'affronter", il s’agissait d’imaginer des "solutions concrètes et des actions partagées" pour permettre à ces enfants de réussir à l'école, a expliqué en introduction le député et président de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, Bruno Studer (LREM).
Parmi les recommandations faites à cette occasion : instaurer une gratuité de la cantine, interdire l'expulsion des familles dont les enfants sont scolarisés, en finir avec la multiplicité des documents à fournir pour s'inscrire à l'école ou accéder à des prestations, développer des soins gratuits pour les enfants, faire que les fonds sociaux ne soient plus une variable d'ajustement… Auteur du rapport "Grande pauvreté et réussite scolaire : le choix de la solidarité pour la réussite de tous", Jean-Paul Delahaye demande que soient menées des actions sociales et de santé.

A Bobigny, un demi-poste de médecin scolaire pour 3 lycées, 4 collèges et 28 écoles

Plusieurs idées ont été avancées pour pallier le problème de la médecine scolaire. La visite médicale scolaire doit avoir lieu pour chaque enfant à l’entrée en maternelle, à l’entrée au primaire et à l’entrée au collège, a martelé Véronique Decker, qui dirige depuis 18 ans une école à Bobigny (Seine-Saint-Denis), ville qui ne compte aujourd'hui qu'un demi-poste de médecin scolaire pour trois lycées, quatre collèges et 28 écoles. "Evidemment, il n'y a plus de visites médicales sauf en cas d'urgence." Par ailleurs, plus de 100 enfants sont actuellement en attente d'une place en IME (institut médico-éducatif) et certains restent à la maternelle jusqu'à l'âge de 8 ans.

Contourner les stratégies d'évitement en renforçant l'attractivité des écoles

Véronique Decker estime que certaines aberrations administratives expliquent aujourd'hui cette "grande précarité structurante". En particulier le fait que "tout le système français repose sur le lieu d'habitation". Les mairies refusent ainsi l'inscription d'enfants dans les écoles si certains papiers jugés "essentiels" ne peuvent être présentés.
Pour contourner les stratégies d'évitement et favoriser la mixité sociale, George Pau-Langevin (Nouvelle Gauche) suggère de prendre exemple sur des initiatives telles que le développement d'écoles-orchestres ou encore celle instaurée par un établissement en Bretagne où toute la pédagogie est faite en anglais, modèles qui peuvent "inciter les familles 'bobos' à inscrire leurs enfants" dans ces établissements.

Des fonds sociaux diminués de plus de moitié en dix ans

Jean-Paul Delahaye invite de son côté les députés "à veiller comme le lait sur le feu" à ce que les fonds sociaux ne soient plus une "variable d'ajustement budgétaire". Ces derniers sont passés selon lui de 72 à 32 millions d'euros entre 2001 et 2011 "dans l'indifférence générale". Il souligne le "progrès significatif" opéré, dès l'ancienne mandature, avec l'augmentation, à la suite de son rapport, de 25% du montant des bourses au collège, une hausse qu'il juge encore insuffisante. De l'ordre de 450 euros par an pour la tranche maximale, elle n'était que de 360 euros par an en 2015.
Pour faire face au problème du non-recours aux prestations sociales qui concernent, selon une députée, plus de 35% des personnes éligibles, Marie Aleth Grard, vice présidente d'ATD Quart Monde, estime nécessaire de penser ces aides "avec les personnes à qui elles sont destinées" et encourage à ce titre à aller regarder un dossier de RSA, afin de constater son caractère "trop intrusif". Concernant les demandes de bourses au collège, un travail a été engagé par le précédent ministère pour simplifier les dossiers et reculer la date des dépôts. Jean-Paul Delahaye plaide pour "qu'il n'y ait plus de date du tout".

Instaurer partout en France la gratuité de la restauration scolaire pour les plus pauvres

Beaucoup ont aussi souligné les problèmes de malnutrition et insisté sur la nécessité d'instaurer la gratuité de la restauration scolaire afin d'en faire "un droit pour tous". La députée Annie Vidal (LREM) a noté la fréquentation moindre des cantines en REP+ et le fait que la participation demandée aux parents était comprise entre 40 et 60%.
Une proposition de loi devrait être déposée en vue d'instaurer un "principe de progressivité du coût partout" et "la gratuité au moins pour les familles de la première tranche". Dans la même logique, des députés ont évoqué l'idée de systématiser un petit-déjeuner dans tous les établissements.

Interdire l'expulsion des familles dont les enfants sont inscrits à l'école

Les participants à la table-ronde ont également abordé la problématique du logement. Rien qu'en Ile-de-France, 15.000 enfants seraient hébergés en centres d'hébergements d'urgence et en hôtels sociaux ; 50% ont moins de trois ans et 11% ne sont pas scolarisés. Marie-George Buffet (GDR) plaide pour une loi qui interdirait l'expulsion de familles dont les enfants sont inscrits à l'école.
Les invités des députés se sont enfin accordés à saluer les mesures gouvernementales "CP dédoublés" et "devoirs faits". En revanche, pour Jean-Paul Delahaye, enlever une matinée de classe peut contribuer à réduire l'ensemble des efforts à néant.
 
(1) Il s’agit du seuil à 50% du niveau de vie médian selon les données 2012 d’Eurostat.

la vidéo de la table ronde

source : lettre localtis du 12 février 2018

_________________
Mad Max en Père-la-Vertu, on aura tout vu !!! (Tavi Lou Pastou, 10 avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
V.M.B
*******
*******
avatar

Nombre de messages : 6072
Age : 97
Localisation : secret défense
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 13:50

La gratuité n'existe pas, il y a toujours quelqu'un qui paye, et ce quelqu'un peut avoir parfois des revenus à peine supérieurs à ceux qui ne payent rien.
Autre problème: dans certains lieux fort bien connus, les parents, quelque soit leur niveau de revenus, ne veulent pas inscrire les gamins à la restauration scolaire pour des motifs culturels ou cultuels, bonne chance pour ceux qui voudraient les obliger...
Les plus démunis ont déjà les bourses déductibles, qui couvrent largement les frais si ils sont très démunis, et les fonds sociaux pour compléter.
Trop d'assistanat finira par tuer l'assistanat par manque de moyens.
Revenir en haut Aller en bas
TiTI
***
***
avatar

Nombre de messages : 1036
Age : 75
Localisation : Chez Rosminet
Date d'inscription : 01/12/2015

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 14:35

VMB merci de bien vouloir sourcer les informations suivantes : 
Citation :
dans certains lieux fort bien connus, les parents, quelque soit leur niveau de revenus, ne veulent pas inscrire les gamins à la restauration scolaire pour des motifs culturels ou cultuels, bonne chance pour ceux qui voudraient les obliger...
Citation :
il y a toujours quelqu'un qui paye,

C'est vrai c'est le principe de l'impôt et c'est un élément du contrat social. C'est un contrat et on peut très bien le revoir si l'assistanat est trop important , mais dans quelles proportions ? chiffres de l'assistanat ? merci d'avance.

Comme ça je mourrai moins bête mais je mourrai quand même comme dirait le professeur Moustache.
Revenir en haut Aller en bas
volcan
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 12076
Date d'inscription : 15/12/2012

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 15:11

TiTI a écrit:
VMB merci de bien vouloir sourcer les informations suivantes : 
Citation :
dans certains lieux fort bien connus, les parents, quelque soit leur niveau de revenus, ne veulent pas inscrire les gamins à la restauration scolaire pour des motifs culturels ou cultuels, bonne chance pour ceux qui voudraient les obliger...
On rentre sur un terrain glissant mais une rapide recherche sur internet permet de trouver quantité de messages ou de forums (dont j'éviterai de donner le lien parce que cela serait problématique compte tenu de certains messages) sur lesquels des personnes conseillent à d'autres de dire que leurs enfants sont végétariens ou de les faire manger à la maison simplement parce que l'établissement scolaire ne propose pas de viande Halal.

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
Revenir en haut Aller en bas
volcan
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 12076
Date d'inscription : 15/12/2012

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 15:20

Pour ce qui est de la gratuité ou du forfait évolutif en fonction des revenus tous les collègues savent les difficultés à avoir les justificatifs de ressources de la part de ceux qui auraient le plus besoin d'être aidés : suffit de voir les dossiers de fonds sociaux qui arrivent avec des coefficients qui font mal alors que la famille n'a pas déposé de demande de bourses.
Si les aides nombreuses aillaient bien à ceux qui en ont réellement besoin ce serait parfait mais c'est malheureusement loin d'être le cas. Il manque trop de relais sociaux pour contrôler et assister pour que de telles mesures soient efficaces. On peut aussi se demander si c'est le rôle de l'Education nationale de se substituer au ministère de la solidarité.

Bref sujet extrêmement sensible qui devrait sous peu déraper.

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
Revenir en haut Aller en bas
TiTI
***
***
avatar

Nombre de messages : 1036
Age : 75
Localisation : Chez Rosminet
Date d'inscription : 01/12/2015

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 15:22

Merci Volcan mais je parle de faits quantifiables ou quantifiés, le message de Mad Max cite sa source, je peux aller vérifier l'information. Source : lettre localtis du 12 février 2018. Parce que sinon je peux aussi faire une recherche sur le net pour trouver des messages qui seront un biais de confirmation sur ce que je pense de la vie en général ... du style trop d'assistanat ...
Revenir en haut Aller en bas
V.M.B
*******
*******
avatar

Nombre de messages : 6072
Age : 97
Localisation : secret défense
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 15:40

Et évidemment localtis ne peut que dire la vérité révélée...
Sinon on peut vérifier que les dépenses sociales sont bien le premier poste de dépense de la France et que ça risque d'exploser. Je ne dis pas que c'est bien ou pas, je pense comme le taulier que le minimum serait un contrôle musclé sur les bénéficiaires, car après tout c'est notre fric donc notre travail que l'on consent à donner dans le cadre du fameux (fumeux?) contrat social. Il ne s'agit pas de "stigmatiser" (mot à la mode) les bénéficiaires mais de respecter ceux qui raquentet leur démontrer que leur argent est utile à ceux qui en ont effectivement besoin.
Donc aucune raison de déraper.
Revenir en haut Aller en bas
TiTI
***
***
avatar

Nombre de messages : 1036
Age : 75
Localisation : Chez Rosminet
Date d'inscription : 01/12/2015

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 15:50

VMB a écrit:
Et évidemment localtis ne peut que dire la vérité révélée...



J'ai dit que je pouvais vérifier les informations grâce à ce lien, à la source indiquée, merci de ne pas déraper. Aussi, c´est naturellement à celui qui affirme l´existence d´un phénomène  d´en apporter la preuve. Exemple il y a trop de gens assistés, voici les sources dont je dispose pour étayer mon propos.


VMB a écrit:

Je ne dis pas que c'est bien ou pas
 Un peu quand même avec l'assistanat Mr green
Revenir en haut Aller en bas
Madame Collet-Monté
.
.
avatar

Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 03/07/2012

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 17:02

Pourquoi serait-ce toujours à ceux qui gèrent bien leur argent de payer pour tous ceux qui dépensent sans compter dès le début du mois pour ensuite se retrouver sans ressources ?

Il serait plus judicieux de placer ces personnes sous curatelle.
Revenir en haut Aller en bas
Le Forgeron
******
******
avatar

Nombre de messages : 4219
Age : 131
Localisation : centrale
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 17:08

V.M.B a écrit:

Sinon on peut vérifier que les dépenses sociales sont bien le premier poste de dépense de la France
En réalité le service de la dette et les dépenses d'enseignement scolaire sont assez largement en tête il me semble
Revenir en haut Aller en bas
communard
**
**
avatar

Nombre de messages : 730
Localisation : dans l'ombre du Principal
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 22:12

Et puis pourquoi ne pas imposer la gratuité de la cantine pour tous ... Et impacter cette gratuité dans l'impôt. Ainsi, pas de stigmatisation.
Revenir en haut Aller en bas
volcan
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 12076
Date d'inscription : 15/12/2012

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Lun 12 Fév 2018 - 22:28

communard a écrit:
Et puis pourquoi ne pas imposer la gratuité de la cantine pour tous ... Et impacter cette gratuité dans l'impôt. Ainsi, pas de stigmatisation.

Fausse bonne idée... si c'est gratuit tout le monde va y aller.... et il faudra agrandir toutes les cantines de France, augmenter le personnel, etc.... La mienne par exemple ne pourrait accueillir 90 % des élèves du lycée.

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
Revenir en haut Aller en bas
L'intendant zonard
Animateur Greta
Animateur Greta
avatar

Nombre de messages : 15105
Age : 13
Localisation : La (neuf-)quatrième dimension
Date d'inscription : 09/06/2006

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mar 13 Fév 2018 - 0:25

J'ai exercé en collège à une époque où le chef d'établissement décernait les bourses de manière souveraine, et sans la moindre trace de l'ombre du soupçon d'un contrôle. J'ai ainsi eu à connaître dans un établissement où j'étais envoyé en mission des pratiques d'un comptable et de son ordonnateur qui offraient une bourse au taux maximum en récompense de toute inscription au service de demi-pension.

Actuellement, c'est la schlague, les services académiques se comportent avec les collèges quasiment comme avec les lycées (pour lesquels la bourse est décernée par le recteur, là réglementairement c'est correct), dates impératives qui excluent les élèves, politique inamicale de fait très défavorable aux familles en déshérence, et pour terminer on se voit imposer un système de demande de bourse en ligne qui ne peut être utilisé que par les parents ayant un bac+4 et un trésor de patience.

C'est donc impossible d'imaginer laisser les établissements gérer cela avec un minimum de souplesse, et faire des contrôles sur quelques situations qui semblent sortir du cadre ?


Et tant qu'on y est de sortir des provocations non référencées : je suis même étonné qu'il y ait encore un demi-poste de médecin scolaire pour toute la ville de Bobigny. Le désert médical commence à 800 m de la station de métro Passy...

_________________
Parce que l'intendance, c'est la zone.
Animateur des rubriques Greta et OpenAcadémie, cinquième au classement du GJQ du mois de novembre 2016. Testé et approuvé par VI (le seul, le vrai) :

Revenir en haut Aller en bas
http://www.intendancezone.net
V.M.B
*******
*******
avatar

Nombre de messages : 6072
Age : 97
Localisation : secret défense
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mar 13 Fév 2018 - 8:18

Le Forgeron a écrit:
V.M.B a écrit:

Sinon on peut vérifier que les dépenses sociales sont bien le premier poste de dépense de la France
En réalité le service de la dette et les dépenses d'enseignement scolaire sont assez largement en tête il me semble
Et selon toi la France n'emprunte pas pour financer ses immenses dépenses sociales? On a déjà le blé sans aller le chercher sur les marchés! C'est un scoop.
Revenir en haut Aller en bas
Le Forgeron
******
******
avatar

Nombre de messages : 4219
Age : 131
Localisation : centrale
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mar 13 Fév 2018 - 8:26

Je ne pense pas, non.
Nous avons d'autres dépenses et je ne vois pas pourquoi certaines seraient davantage responsables de la dette que les autres.
Revenir en haut Aller en bas
L'intendant zonard
Animateur Greta
Animateur Greta
avatar

Nombre de messages : 15105
Age : 13
Localisation : La (neuf-)quatrième dimension
Date d'inscription : 09/06/2006

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mar 13 Fév 2018 - 9:22

Le Forgeron a écrit:
Je ne pense pas, non.
Nous avons d'autres dépenses et je ne vois pas pourquoi certaines seraient davantage responsables de la dette que les autres.
Au hasard, le montant d'encours de dette de l'État est largement inférieur au coût des armes de destruction massive fabriquées et entretenues par la République durant les quarante années passées.

_________________
Parce que l'intendance, c'est la zone.
Animateur des rubriques Greta et OpenAcadémie, cinquième au classement du GJQ du mois de novembre 2016. Testé et approuvé par VI (le seul, le vrai) :

Revenir en haut Aller en bas
http://www.intendancezone.net
communard
**
**
avatar

Nombre de messages : 730
Localisation : dans l'ombre du Principal
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mar 13 Fév 2018 - 10:19

Je comprends parfaitement cet argument. De toute façon, la gratuité n'est pas pour demain mais ce n'est pas l’exiguïté des locaux ou le manque de personnel qui doivent guider une telle proposition. C'est juste une contrainte  (et pas des moindres). Je dirais surtout que ce ne serait pas la première fois qu'ne mesure est prise sans considérer les aspects concrets du terrain. Beaucoup de gestionnaire le vive cela au quotidien.
Bref, je préfère agrandir les cantines et disposer de plus de personnels ... que l'inverse.
Revenir en haut Aller en bas
volcan
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 12076
Date d'inscription : 15/12/2012

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mar 13 Fév 2018 - 10:36

Oui. Il y a aussi les comportements de certains : du moment que j'y ai droit j'en abuse "parce qu'il n'y a pas de raisons que....." . Suffit de voir les abus concernant les visites chez le médecin.

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
Revenir en haut Aller en bas
Stoïk
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 3773
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mar 13 Fév 2018 - 18:08

Je trouve qu'on focalise trop l'attention sur les dérives réelles et supposées de l'assistanat.  No

La France est la cinquième économie du monde - quasiment ex-aequo avec le Royaume-Uni qui se place légèrement en dessous - avec un PIB supérieur à 2500 milliards de dollars.

Qu'une partie de cette immense potentiel économique soit mal utilisée est probable.
Que l'endettement soit excessif est certain.
Mais faire payer aux plus modestes le prix des économies à réaliser pour rééquilibrer tout ça ne me semble pas une bonne idée.

Mais c'est vrai que les autres se défendent!  pale
"Derrière chaque niche il y a un chien" disait un parlementaire chargé de traquer les niches fiscales!  Razz
Revenir en haut Aller en bas
V.M.B
*******
*******
avatar

Nombre de messages : 6072
Age : 97
Localisation : secret défense
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 7:59

6 ème, derrière USA, chine, Japon, Allemagne, Royaume Uni, et on est 24 ème au PIB par habitant.
Notre économie est désormais talonnée par l'Inde et le Brésil et on recule dans tous les classements.
Sur la suite de ton bla bla j'approuve.
Revenir en haut Aller en bas
RETU
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 3820
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 10:00

D'un autre côté les inégalités de revenus entre riches et pauvres continuent de s'accroître en France (OCDE). Il est donc urgent de faire cesser l'assistanat. Qui plus est plus facile à mettre en oeuvre que de lutter contre l'évasion fiscale.


Dernière édition par RETU le Mer 14 Fév 2018 - 10:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ceci cela
*
*


Nombre de messages : 352
Date d'inscription : 11/02/2017

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 10:03

forum
RETU a écrit:
D'un autre côté les inégalités entre riches et pauvres continuent de s'accroître en France (OCDE). Il est donc urgent de faire cesser l'assistanat. Qui plus est plus facile à mettre en oeuvre que de lutter contre l'évasion fiscale.
Revenir en haut Aller en bas
néthou
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 5634
Localisation : Là-haut sur la montagne...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 11:02

RETU a écrit:
D'un autre côté les inégalités de revenus entre riches et pauvres continuent de s'accroître en France (OCDE). Il est donc urgent de faire cesser l'assistanat.

Tout à fait !
Y'en a marre de ces politiques fiscales et économiques d'assistanat des riches !

_________________
"Quand je dis quelque chose et que mes adversaires politiques applaudissent, je sens que j'ai dit une bêtise". Karl Liebknecht

Revenir en haut Aller en bas
Stoïk
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 3773
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 11:43

néthou a écrit:
RETU a écrit:
D'un autre côté les inégalités de revenus entre riches et pauvres continuent de s'accroître en France (OCDE). Il est donc urgent de faire cesser l'assistanat.

Tout à fait !
Y'en a marre de ces politiques fiscales et économiques d'assistanat des riches !

Avis partagé Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
magellan
.
.


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 21:40

Stoïk a écrit:
Je trouve qu'on focalise trop l'attention sur les dérives réelles et supposées de l'assistanat.  No

La France est la cinquième économie du monde - quasiment ex-aequo avec le Royaume-Uni qui se place légèrement en dessous - avec un PIB supérieur à 2500 milliards de dollars.

Qu'une partie de cette immense potentiel économique soit mal utilisée est probable.
Que l'endettement soit excessif est certain.
Mais faire payer aux plus modestes le prix des économies à réaliser pour rééquilibrer tout ça ne me semble pas une bonne idée.

Mais c'est vrai que les autres se défendent!  pale
"Derrière chaque niche il y a un chien" disait un parlementaire chargé de traquer les niches fiscales!  Razz
En France ce ne sont pas les plus modestes qui sont les plus imposés, loin s'en faut.
Moins de la moitié des foyers fiscaux paient l'impôt sur le revenu par exemple. bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Stoïk
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 3773
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 21:46

V.M.B a écrit:
6 ème, derrière USA, chine, Japon, Allemagne, Royaume Uni, et on est 24 ème au PIB par habitant.
Notre économie est désormais talonnée par l'Inde et le Brésil et on recule dans tous les classements.
Sur la suite de ton bla bla j'approuve.

D'après le "bilan économique et social du monde" (édition 2018, paru en janvier. tableau page 89), le PIB de la France serait de 2 574,8 milliards de dollars et celui du Royaume Uni de 2 565,1 milliards de dollars.

Plusieurs sources internet la classent effectivement au 6ème rang, d'autres au 5ème.

Par ailleurs, j'apprécie moyen le qualificatif de "bla bla", on a le droit de respecter les interventions des autres.


Dernière édition par Stoïk le Mer 14 Fév 2018 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stoïk
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 3773
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 21:51

picsou76 a écrit:
Stoïk a écrit:
Je trouve qu'on focalise trop l'attention sur les dérives réelles et supposées de l'assistanat.  No

La France est la cinquième économie du monde - quasiment ex-aequo avec le Royaume-Uni qui se place légèrement en dessous - avec un PIB supérieur à 2500 milliards de dollars.

Qu'une partie de cette immense potentiel économique soit mal utilisée est probable.
Que l'endettement soit excessif est certain.
Mais faire payer aux plus modestes le prix des économies à réaliser pour rééquilibrer tout ça ne me semble pas une bonne idée.

Mais c'est vrai que les autres se défendent!  pale
"Derrière chaque niche il y a un chien" disait un parlementaire chargé de traquer les niches fiscales!  Razz
En France ce ne sont pas les plus modestes qui sont les plus imposés, loin s'en faut.
Moins de la moitié des foyers fiscaux paient l'impôt sur le revenu par exemple. bounce bounce bounce

Effectivement, mais l'impôt sur le revenu ne représente qu'une petite part de l'impôt (+ cotisations sociales) payé.
Si on fait le cumul des contributions de toutes natures, on constate que les catégories modestes sont fortement sollicitées malgré les apparences (TVA et cotisations sociales...).
Et au dessus d'un certain niveau de revenus, les contribuables savent "optimiser" leur fiscalité.
Revenir en haut Aller en bas
magellan
.
.


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 22:24

Stoïk a écrit:
picsou76 a écrit:
Stoïk a écrit:
Je trouve qu'on focalise trop l'attention sur les dérives réelles et supposées de l'assistanat.  No

La France est la cinquième économie du monde - quasiment ex-aequo avec le Royaume-Uni qui se place légèrement en dessous - avec un PIB supérieur à 2500 milliards de dollars.

Qu'une partie de cette immense potentiel économique soit mal utilisée est probable.
Que l'endettement soit excessif est certain.
Mais faire payer aux plus modestes le prix des économies à réaliser pour rééquilibrer tout ça ne me semble pas une bonne idée.

Mais c'est vrai que les autres se défendent!  pale
"Derrière chaque niche il y a un chien" disait un parlementaire chargé de traquer les niches fiscales!  Razz
En France ce ne sont pas les plus modestes qui sont les plus imposés, loin s'en faut.
Moins de la moitié des foyers fiscaux paient l'impôt sur le revenu par exemple. bounce bounce bounce

Effectivement, mais l'impôt sur le revenu ne représente qu'une petite part de l'impôt (+ cotisations sociales) payé.
Si on fait le cumul des contributions de toutes natures, on constate que les catégories modestes sont fortement sollicitées malgré les apparences (TVA et cotisations sociales...).
Et au dessus d'un certain niveau de revenus, les contribuables savent "optimiser" leur fiscalité.

l'impot sur le revenu équivaut à 25% des recettes fiscales nettes de l'Etat en 2017 (73 milliards d'eur),  ça n'est pas exactement l'épaisseur du trait cheers
Le taux de tva est modulé selon qu'il s'agit de produits de 1ère nécessité ou non.
Un impôt comme la taxe d'habitation est également plafonné en fonction des revenus.

Ce sont surtout les classes moyennes qui trinquent , et non les catégories modestes.
Revenir en haut Aller en bas
Stoïk
*****
*****
avatar

Nombre de messages : 3773
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Mer 14 Fév 2018 - 22:34

OK pour l'IR et la taxe d'habitation...

Par contre la modulation des taux de TVA n'a que très peu d'effet car il y a une "base" de consommation qui est commune à la majorité des ménages, aisés ou non, pour laquelle on paye tous la même TVA.

Revenir en haut Aller en bas
V.M.B
*******
*******
avatar

Nombre de messages : 6072
Age : 97
Localisation : secret défense
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   Jeu 15 Fév 2018 - 9:01

Stoïk a écrit:
V.M.B a écrit:
6 ème, derrière USA, chine, Japon, Allemagne, Royaume Uni, et on est 24 ème au PIB par habitant.
Notre économie est désormais talonnée par l'Inde et le Brésil et on recule dans tous les classements.
Sur la suite de ton bla bla j'approuve.

D'après le "bilan économique et social du monde" (édition 2018, paru en janvier. tableau page 89), le PIB de la France serait de 2 574,8 milliards de dollars et celui du Royaume Uni de 2 565,1 milliards de dollars.

Plusieurs sources internet la classent effectivement au 6ème rang, d'autres au 5ème.

Par ailleurs, j'apprécie moyen le qualificatif de "bla bla", on a le droit de respecter les interventions des autres.
La prochaine fois je te laisserai discuter avec toi-même, tu auras une chance d'être d'accord.
Sinon et pour info le FMI, qui est bien sûr un ramassis d'incapables et de peigne-culs, place la France en 9 ème position mondiale pour le PIB en "parité de pouvoir d'achat".
C'est mon bla bla (jamais à sens péjoratif quand j'utilise ce terme), tu aurais dû faire l'armée (ou tu as oublié).
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La pauvreté à l'école   

Revenir en haut Aller en bas
 
La pauvreté à l'école
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum des gestionnaires d’EPLE :: Divers :: Fonction publique et organisation générale de l'EN-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: