Forum des gestionnaires d’EPLE
Bienvenue dans le forum des gestionnaires et personnels d'intendance des EPLE !

Notre métier va disparaître

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  volcan le Dim 30 Oct 2016 - 11:56

Un exemple de pratiques reste pertinent... même si il est en opposition avec le point de vue que l'on souhaite défendre.
Pour ce qui est de la baisse du volume des échanges - hors période de vacances - c'est un mouvement de repli sur soi et d'égoïsme qui ne touche pas que le forum. Je le constate dans les échanges, les réunions....
Bien que ce ne soit pas forcément révélateur je constate également une baisse importante des dons pour mon site que ce soit en nombre ou en montant unitaire (le nombre de dons de 5 € est révélateur). Mais on peut penser aussi que le site ne répond plus à un besoin ou qu'il est moins intéressant alors que le contenu reste le même.

volcan
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 9756
Date d'inscription : 15/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  danidf le Dim 30 Oct 2016 - 15:34

Bonjour,
Qu'est ce qui empêcherait que les adjoints gestionnaires soient détachés sans limite de temps, sous tutelle hiérarchique de la CT et qu'ils restent adjoint au CE ?
Pour que cela puisse fonctionner, il faut que tous les acteurs respectent les règles.
Notre statut est régie par des textes réglementaires et je me demande de plus en plus à quoi il sert, lorsque je constate des fonctionnaires qui ne respectent pas l'article 28 de la loi 83-634 et quelque soit le niveau.

Nous sommes dans une fonction publique en pleine évolution, la chaine de bout en bout pour la CT en termes de gestion pour réaliser des économies, ne doit pas être négligée... Le tout, c'est que l'organe qui prend les décisions doit se réajuster dans les plus brefs délais pour réorienter les directives.
De mémoire, il me semble que dans les différents établissements publics, les agents comptables sont mis à disposition par le ministère des finances et cela existe pour d'autres corps également (les unités mixtes du CNRS par exemple..).

En ce qui concerne les syndicats, tant que ces derniers n'auront pas un comportement exemplaire, une neutralité dans le traitement des dossiers, et une traçabilité de l'équité, ils resteront toujours à la recherche d'adhérents.

Pour terminer, celui qui veut plus d'ambition, doit évoluer vers un poste d'agent comptable ou de DGS à plus grande échelle (université, établissement public de plus grande taille, etc..). Avec la décentralisation, tôt ou tard, l'adjoint gestionnaire aura le rôle "d'exécutant", puisqu'il sera uniquement là, pour appliquer les directives, comme aujourd'hui pour certaines.....
Comme l'a indiqué maxou, l'externalisation de la restauration, l'entretien des locaux, les travaux de maintenance pourront être sous traité comme cela existe par exemple dans les universités et bien d'autres administrations. L'avantage pour un adjoint gestionnaire, moins de RH à gérer avec des cas difficiles.......





danidf
*
*

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 29/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  néthou le Dim 30 Oct 2016 - 19:27

Astrolabe a écrit:Pourquoi donc ici n'a pas été mis en place un observatoire des pratiques des CT - au moins par région - ?
Les expériences isolées ramenées ici - hors contexte local - ainsi que les réponses apportées perdent de fait de leur pertinence puisqu' aucune somme ne peut en être faite.
Mais quelle synthèse dégager de ce panorama, sinon que les politiques suivies par les CT sont souvent liées à des considérations purement locales, et en tous cas sont souvent légitimées par le même discours tenu au sein du Ministère, soit "C'est la Crise mon bon monsieur, on doit faire tout pareil mais avec 2 (3,4...) fois moins de moyens" ?

Il me semble quand même qu'il y a des permanences "ontologiques" quelles que soient les CT: la prééminence absolue des politiques sur les administratifs (et sur le reste aussi d'ailleurs !). C'est ce qui me fait penser, à l'inverse de Looping, que les gestionnaires, même devenus personnel territorial, seraient avant que d'être des cadres reconnus, surtout chargés de mettre en oeuvre ce qu'auront décidé ces mêmes élus. Ma CT travaille depuis des années à peu près en "bonne intelligence" avec les gestionnaires, il n'empêche que nos interlocuteurs "administratifs" n'avanceront pas d'un pouce sans que les élus l'aient auparavant décidé. C'est pas une nouveauté, certes, mais ça induit qu'une CT peut décider démagogiquement à peu près n'importe quoi pour peu que sur le plan politique elle pense que c'est bon pour son image et les bulletins à suivre dans les urnes. Le reste, la faisabilité, l'adéquation avec la règlementation, le coût, tout devient secondaire, et nous on paye ensuite les pots cassés ou, au mieux, on joue les empêcheurs d'aller de l'avant en rond. Je ne cherche pas à imaginer l'avenir professionnel d'un gestionnaire décentralisé qui oserait refuser de mettre en place de l'alimentaire "local" en parlant réglementation et Code des Marchés (ce n'est qu'un exemple), mais à mon avis, il ne durera pas longtemps. Parce que des placards, au niveau local, c'est pas ça qui manque...

Je rigole également beaucoup quand j'entends parler du "pouvoir" des syndicats. Il suffit de voir comment se passe une CAPA pour comprendre à quel point s'imaginer voir un syndicat faire et défaire lois et roitelets est très, très éloigné de la vérité.
Volcan pose la question de savoir si les syndicats "gouvernent" l'Education Nationale. Le peu de choses qu'ils puissent arriver à faire, c'est freiner le mouvement; encore faut-il distinguer les syndicats "enseignants", qui gardent bon an mal an la possibilité de mobiliser suffisamment de monde pour éventuellement faire reculer un gouvernement, des autres, qui sont absolument inaudibles.
La suite, c'est une question d'opinion: considérer comme positif d'arriver à freiner la machine, voire à l'enrayer, ou considérer que l'Education Nationale est in-réformable à cause de ces syndicats qui s'opposent toujours à tout par principe corporatiste.
Bien sûr, comme le dit Alomero, quand on rentre dans les détails ce n'est pas si binaire; mais quand il y a tension globale et que ça se crispe, on en revient toujours à cette opposition-là.

_________________
"Quand je dis quelque chose et que mes adversaires politiques applaudissent, je sens que j'ai dit une bêtise". Karl Liebknecht

avatar
néthou
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 5185
Localisation : Là-haut sur la montagne...
Date d'inscription : 11/09/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Stroubok le Dim 30 Oct 2016 - 19:37

Astrolabe a écrit:
volcan a écrit:Je ne suis pas d'accord avec Retu.
Les CT mettent en place des procédures et des outils pour avoir la main sur leurs compétences sans passer par les CE et les gestionnaires du moment qu'elles ne peuvent avoir un agent à elles sur place. Sauf peut être pour le technicien (catégorie B dans les gros EPLE) chef des agents qui prend de plus en plus de responsabilités et qui devient l'interlocuteur privilégié de la CT à la place du gestionnaire. Certaines CT vont dans le sens d'un cadre B chargé de la gestion des personnels de plusieurs établissements et pourquoi pas de la maintenance et demain d'autres domaines ; de même pour des cuisiniers cadre B chargés de la gestion de plusieurs SAH. En fait j'ai l'impression que certaines CT recréent des postes "gestionnaires B" polyvalents sur plusieurs EPLE ; preuve que notre métier était utile. D'autres CT externalisent à tout va. Il y aura donc demain des gestionnaires de la CT sur des mutualisations dans certaines collectivités, des équipes d'intervention (type EMOP) dans d'autres, des sociétés privées dans certaines.
Si je n'étais pas si proche de la retraite je me ferais du souci, même si le "volume" de mon poste me met pour un temps à l'abri ; mais les choses peuvent aller très vite à partir de 2017.

Pourquoi donc ici n'a pas été mis en place un observatoire des pratiques des CT - au moins par région - ?
Les expériences isolées ramenées ici - hors contexte local - ainsi que les réponses apportées perdent de fait de leur pertinence puisqu' aucune somme ne peut en être faite.
À mon humble avis, cela contribue à la baisse du volume des échanges.

As .
C'est vrai qu'on se pose beaucoup moins de questions sur la profession quand on joue aux boules ou au tarot... Suspect
avatar
Stroubok
**
**

Nombre de messages : 584
Localisation : Voie lactée
Date d'inscription : 03/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  volcan le Dim 30 Oct 2016 - 22:03

Là j'ai pas compris.... confused

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
avatar
volcan
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 9756
Date d'inscription : 15/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  vatel le Lun 31 Oct 2016 - 1:52

Bonjour à tous,
Je suis moi même pessimiste sur l'avenir de notre métier.
Pour faire simple, les CT veulent gérer les Collèges et les Lycées comme les écoles maternelles et primaire.
A la clef, de nombreux postes de d'Adjoints Gestionnaires en moins et des établissements où ils pourront faire se qu'ils veulent.
Je pense que tout ceci nous dépasse et est décidé depuis longtemps.
Il restera les bourses de Collège, les fonds sociaux, la subvention état et les projets état, les PPMS, le DU et les évacuations.
Les factures concernant la pédagogie et les voyages.
Nous ferons bientôt la potiche au commission de sécurité (bientôt les contrats de vérification nous serons supprimés).
Et les logements ?
En bref, si personne ne réagit, c'est la fin du métier.
Les syndicats peut être ?
avatar
vatel
.
.

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 11/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Stroubok le Lun 31 Oct 2016 - 17:02

On sera peut-être dans la fournée des 300 à 400 000 fonctionnaires que d'aucuns envisagent de rectifier après la prochaine présidentielle... Suspect
avatar
Stroubok
**
**

Nombre de messages : 584
Localisation : Voie lactée
Date d'inscription : 03/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Bibifric le Mar 1 Nov 2016 - 6:22

Il me semble difficile de reprocher aux CT une logique de rationalisation et de groupement que, nous mêmes, nous mettons en oeuvre, par exemple par le biais nos groupement de commandes, pour diminuer la dépense publique. La qualité du service s'en ressent-elle ? Personnellement, je ne le pense pas. Mon actuelle cuisine centrale nous livre des repas tout à fait satisfaisants (avec, selon mon estimation, 30%, de coût global en moins), l'électricité que fournit maintenant directement la région idf a le même voltage et ampérage Very Happy (et je suppose avec un coût inférieur). Avec un Département qui avait directement pris à sa charge l'ensemble des équipements de sécurité (SSI, extincteurs, BAES...), j'ai même constaté une amélioration (contrôle mensuel des BAES, remplacement (et non recharge) immédiat des extincteurs percutés...). Le statut du fonctionnaire d'Etat risquant de (mal) évoluer à partir de 2017, on aurait sans doute tout intérêt à devenir des fonctionnaires territoriaux.

Bibifric
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  RETU le Mar 1 Nov 2016 - 11:04

Bibifric a écrit: Le statut du fonctionnaire d'Etat risquant de (mal) évoluer à partir de 2017, on aurait sans doute tout intérêt à devenir des fonctionnaires territoriaux.
 

Ce qui est surprenant c'est qu'il reste en 2016 des personnels d'Etat mécontents de faire partie de la fonction publique d'Etat.


http://www.territorial-recrutement.fr/Find/1/1116-resultat-de-votre-recherche-sur-les-offres-d-emploi.htm
avatar
RETU
*****
*****

Nombre de messages : 3485
Date d'inscription : 20/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Chéri Bibi le Mar 1 Nov 2016 - 12:25

"Si vous êtes pas content cassez-vous" : ça c'est de l'argumentation Retu ! Rolling Eyes

Mais il faut aller au bout de la logique
Vous trouvez que les primes sont mieux aux Finances ? Cassez vous aux Finances !
Votre chef vous emmerde ? Cassez vous ailleurs, mutez !
Vous stressez trop au bureau ? Mettez vous en arrêt maladie !
Les postes de gestionnaires vont disparaître ? Y a le BIEP !
Vous voulez des débats constructifs ? Changez de forum !

Astrobale à raison : ce forum a beaucoup perdu et cela explique sans doute la lassitude de nombre des piliers historiques qu'on ne voit plus ici.

Chéri Bibi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Astrolabe le Mar 1 Nov 2016 - 13:00

Chéri Bibi a écrit:"Si vous êtes pas content cassez-vous" : ça c'est de l'argumentation Retu ! Rolling Eyes

Mais il faut aller au bout de la logique
Vous trouvez que les primes sont mieux aux Finances ? Cassez vous aux Finances !
Votre chef vous emmerde ? Cassez vous ailleurs, mutez !
Vous stressez trop au bureau ? Mettez vous en arrêt maladie !
Les postes de gestionnaires vont disparaître ? Y a le BIEP !
Vous voulez des débats constructifs ? Changez de forum !

Astrobale à raison : ce forum a beaucoup perdu et cela explique sans doute la lassitude de nombre des piliers historiques qu'on ne voit plus ici.

L'analyse de l'invité n'est pas la mienne. Les clones depuis toujours ont simplement dit ici - depuis 2006 - qu'il fallait envisager de changer de métier et profiter de l'opportunité de devenir CE - ainsi rester dans la même boutique dont on connait la plupart des coins et recoins, en fait la plus grande partie du décor. Que cela soit pour voir du pays, une fois fait le tour des intendances, améliorer son ordinaire, préparer une meilleure retraite, ou ..., voire - mais c'est moins bon - fuir une situation désagréable et/ou devenue ingérable.

As .
avatar
Astrolabe
*
*

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 26/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  L'intendant zonard le Mar 1 Nov 2016 - 13:17

L'idéologie du "cassez-vous", si elle existe (et dans ce cas je dois en être l'un des grands-prêtres), est la conséquence directe du fait que, dans notre métier et nos statuts, on ne se fait pas foutre dehors. Il est normal d'éloigner les personnes quand les situations sont merdiques, peu de cadres ont le talent de réconcilier les ennemis et transformer les emm.nuyeurs en charmants collaborateurs. Comme personne ne s'éloigne jamais (ou tellement peu souvent) par obligation, il me semble nécessaire de suggérer cette solution saine et intelligente. Mais avec un logement de fonction, holala, c'est terrrrrrible de devoir quitter un poste ! Si c'était si terrible, à votre avis, les perdir auraient-ils négocié une obligation de mobilité ?

La vérité c'est que cracher sur la possibilité d'aller voir ailleurs, c'est surtout le meilleure manière d'éviter soigneusement de se remettre en question. Dans le cadre de mes activités crypto-syndicales de coaching de collègues cabossés, j'ai recommandé à certains de patienter avec un protocole de survie, à la majorité de changer de poste en utilisant la situation pour accélérer une promotion (statutaire ou dans la situation du poste), et à d'autres j'ai carrément montré la sortie, pas la peine de rester dans l'intendance, ça ne marche pas.

Pour ce qui me concerne, j'aime ce métier, je suis convaincu de son intérêt, et je m'efforce de le pratiquer correctement. Mais je ne peux que compter les points, et constater qu'il y a tellement de nazes (parce que pas formés et/ou pas du tout motivés pour ces postes), que les CT sont fondées à s'énerver et à faire le job à notre place. A la limite, même si "notre métier disparaît", il restera du boulot proche de ce que l'on fait pour les gens qui comme moi aiment ces missions ; pour les IRArques issus de la cuisse de Jupiter et qui ne veulent pas compter les boîtes de petits pois, on arrêtera de le leur demander, et ils seront très contents aussi. Elle est pas belle, la vie ?

Je rejoins RETU avec un argument de poids : ceux qui pensent que l'herbe est plus verte dans la territoriale, vous devriez y partir tout de suite. Parce que si vous attendez qu'on soit décentralisés, cela risque d'être dans de bien moins bonnes conditions.

_________________
Parce que l'intendance, c'est la zone.
Animateur des rubriques Greta et OpenAcadémie, cinquième au classement du GJQ du mois de novembre 2016. Testé et approuvé par VI (le seul, le vrai) :


Signez le
Manifeste agile pour l'Education
avatar
L'intendant zonard
Animateur Greta
Animateur Greta

Nombre de messages : 13868
Age : 12
Localisation : La (neuf-)quatrième dimension
Date d'inscription : 09/06/2006

http://www.intendancezone.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  RETU le Mar 1 Nov 2016 - 16:18

Chéri Bibi a écrit:"Si vous êtes pas content cassez-vous" : ça c'est de l'argumentation Retu ! Rolling Eyes

Je répondais précisément à Bibifric (un parent?) qui disait : "on aurait sans doute tout intérêt à devenir des fonctionnaires territoriaux." Merci de resituer.


Je réitère qu'il est surprenant de rencontrer des collègues qui préfèreraient passer aux collectivités et qui ne l'ont jamais tenté, on en parle juste depuis 12 ans. Ce n'est pas comme si il n'y avait jamais eu ici ou là des opportunités. A moins d'attendre désespérément qu'on nous bouge tous ensemble ? Rolling Eyes
avatar
RETU
*****
*****

Nombre de messages : 3485
Date d'inscription : 20/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  L'intendant zonard le Mar 1 Nov 2016 - 16:30

Chéri Bibi a écrit:(...) Mais il faut aller au bout de la logique
Vous trouvez que les primes sont mieux aux Finances ? Cassez vous aux Finances ! (...)
Ca marche : dans l'académie de la Zone, où les postes sont difficiles à pourvoir et où l'on subit constamment des départs pour des postes plus sympa et/ou mieux payés, le rectorat limite la casse en offrant un régime indemnitaire plus musclé qu'ailleurs, et un soutien à la profession que je souhaite aux autres académies (et que je n'observe pas à proximité, bien au contraire). Je suis loin d'être un ultralibéral convaincu, mais je dois admettre que la loi de l'offre et la demande, ça peut marcher pour contraindre le pire des employeurs à faire un peu plus attention à ses collaborateurs...

_________________
Parce que l'intendance, c'est la zone.
Animateur des rubriques Greta et OpenAcadémie, cinquième au classement du GJQ du mois de novembre 2016. Testé et approuvé par VI (le seul, le vrai) :


Signez le
Manifeste agile pour l'Education
avatar
L'intendant zonard
Animateur Greta
Animateur Greta

Nombre de messages : 13868
Age : 12
Localisation : La (neuf-)quatrième dimension
Date d'inscription : 09/06/2006

http://www.intendancezone.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Stroubok le Mar 1 Nov 2016 - 17:34

Chéri Bibi a écrit:"Si vous êtes pas content cassez-vous" : ça c'est de l'argumentation Retu ! Rolling Eyes

Mais il faut aller au bout de la logique
Vous trouvez que les primes sont mieux aux Finances ? Cassez vous aux Finances !
Votre chef vous emmerde ? Cassez vous ailleurs, mutez !
Vous stressez trop au bureau ? Mettez vous en arrêt maladie !
Les postes de gestionnaires vont disparaître ? Y a le BIEP !
Vous voulez des débats constructifs ? Changez de forum !

Astrobale à raison : ce forum a beaucoup perdu et cela explique sans doute la lassitude de nombre des piliers historiques qu'on ne voit plus ici.
L'herbe est sans doute aussi plus verte dans le forum d'à côté... Suspect
avatar
Stroubok
**
**

Nombre de messages : 584
Localisation : Voie lactée
Date d'inscription : 03/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Bibifric le Mar 1 Nov 2016 - 18:56

C'est bizarre de parler de fonctionnaires d'Etat mécontents. J'évoquerai plutôt des fonctionnaires contents, mais prévoyants : la totalité des candidats d'une certaine orientation politique influente a pour ambition première de sabrer durement dans les effectifs et le statut. En cette période, on tente de boucler le budget... et d'anticiper l'hécatombe à l'intendance.

Bibifric
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  volcan le Mar 1 Nov 2016 - 21:33

Stroubok a écrit:
L'herbe est sans doute aussi plus verte dans le forum d'à côté... Suspect
A ma connaissance il n'y a pas d'autre forum de gestionnaires d'EPLE... ou alors faut me donner l'adresse.

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
avatar
volcan
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 9756
Date d'inscription : 15/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  L'intendant zonard le Mar 1 Nov 2016 - 22:08

volcan a écrit:
Stroubok a écrit:
L'herbe est sans doute aussi plus verte dans le forum d'à côté... Suspect
A ma connaissance il n'y a pas d'autre forum de gestionnaires d'EPLE... ou alors faut me donner l'adresse.
On se retrouvera peut-être bientôt tous chez Néoprofs... affraid

_________________
Parce que l'intendance, c'est la zone.
Animateur des rubriques Greta et OpenAcadémie, cinquième au classement du GJQ du mois de novembre 2016. Testé et approuvé par VI (le seul, le vrai) :


Signez le
Manifeste agile pour l'Education
avatar
L'intendant zonard
Animateur Greta
Animateur Greta

Nombre de messages : 13868
Age : 12
Localisation : La (neuf-)quatrième dimension
Date d'inscription : 09/06/2006

http://www.intendancezone.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  EXCOMMUNIE le Mer 2 Nov 2016 - 14:23

... par lassitude ou par bannissement du forum Cool

EXCOMMUNIE
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Poporc le Mer 2 Nov 2016 - 15:17

danidf a écrit:En ce qui concerne les syndicats, tant que ces derniers n'auront pas un comportement exemplaire, une neutralité dans le traitement des dossiers, et une traçabilité de l'équité, ils resteront toujours à la recherche d'adhérents.

Celle-là, comme çonnerie, elle est monumentale...
En gros, et pour faire simple, il faut que les syndicats soient encore plus exemplaires que tous les autres, soient encore plus irréprochables et incorruptibles.
On n'exige même pas ça des fonctionnaires ou des partis politiques. Mais pour les méchants syndicats, abreuvés de la propagande rétrograde du marxisme ou de Rerum Novarum, pas question qu'une seule tête ne dépasse. Même la marmotte bazookée n'avait pas osé... Wink

Et bien non, les syndicats ont des idées, des avis, des opinions qui ne sont pas forcément celles du courant dominant. Et ils revendiquent le fait de n'être ni neutre, ni équitable. Face à un patron (au sens très extensif du terme), on sera toujours du coté de l'employé, c'est notre rôle. Comme un avocat a pour rôle de défendre son client, quels que soient ses torts et son crime. Mais cela ne veut pas dire être naïf.
avatar
Poporc
****
****

Nombre de messages : 2605
Age : 50
Localisation : Passé à l'ennemi
Date d'inscription : 08/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Poporc le Mer 2 Nov 2016 - 15:31

danidf a écrit:Pour que cela puisse fonctionner, il faut que tous les acteurs respectent les règles.
Notre statut est régie par des textes réglementaires et je me demande de plus en plus à quoi il sert, lorsque je constate des fonctionnaires qui ne respectent pas l'article 28 de la loi 83-634 et quelque soit le niveau.

Non, la loi 83-364 n'est pas un texte réglementaire, mais, comme son nom l'indique, une loi et c'est le titre I du statut de la fonction publique. A quoi il sert, simplement à assurer la neutralité et l'objectivité de l'administration, à éviter aussi une administration soumise aux variations politiques après chaque élection, etc.
Mais là, il te faut un cours complet sur ce qu'est le statut, son histoire, ses origines.

Le non respect de l'article 28 s'appelle le refus d'obéïssance, il est sanctionné selon des procédures précises et en fonction de la gravité du refus, du grade et du niveau hiérarchique de l'intéressé. Là dessus, il y a un paquet de jurisprudence à consulter librement sur Légifrance. Si tu constates ce genre de manquement, il te revient de faire une demande de sanction à l'autorité compétente. Si tu ne le fais pas, il ne faut pas se plaindre après des éventuels manquements. Accessoirement, tu pourras t'apercevoir que ce que tu considères comme un refus d'obéïssance ne sera peut-être pas reconnu comme tel par le conseil de discipline, l'autorité ou le juge.
avatar
Poporc
****
****

Nombre de messages : 2605
Age : 50
Localisation : Passé à l'ennemi
Date d'inscription : 08/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Poporc le Mer 2 Nov 2016 - 15:34

L'intendant zonard a écrit:Je rejoins RETU avec un argument de poids : ceux qui pensent que l'herbe est plus verte dans la territoriale, vous devriez y partir tout de suite. Parce que si vous attendez qu'on soit décentralisés, cela risque d'être dans de bien moins bonnes conditions.
Je confirme, je pensais depuis longtemps que l'herbe était plus verte aux Finances, j'y suis allé et elle est effectivement plus verte... Very Happy
avatar
Poporc
****
****

Nombre de messages : 2605
Age : 50
Localisation : Passé à l'ennemi
Date d'inscription : 08/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  danidf le Mer 2 Nov 2016 - 15:37

Poporc a écrit:Celle-là, comme çonnerie, elle est monumentale...
En gros, et pour faire simple, il faut que les syndicats soient encore plus exemplaires que tous les autres, soient encore plus irréprochables et incorruptibles.

Je n'appellerai pas cela une connerie puisque que tout le monde peut s'exprimer, et avoir des avis contraires comme vous le dites si bien. Pas plus exemplaire, juste exemplaire suffira.
Être systématiquement du côté des employés, pourquoi pas. Avant d'être du côté de leur côté, il faut écouter ce que le patron ait à dire, c'est la moindre des politesses....
Eh bien, si vous avez des ambitions, le jour où vous serez patron, j'aurai bien aimé voir votre position en tant que syndicaliste ou sympathisant, etc.... C'est humain, quelques fois on oublie le passé...


Une question : Pourquoi le syndicalisme est en perte de vitesse, y avez vous déjà réfléchi ?

danidf
*
*

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 29/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  volcan le Mer 2 Nov 2016 - 15:55

danidf a écrit:


Une question : Pourquoi le syndicalisme est en perte de vitesse, y avez vous déjà réfléchi ?
Le mouvement des policiers et ce qu'il exprime vis à vis des syndicats me semble être un début de réponse fort instructif.

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
avatar
volcan
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 9756
Date d'inscription : 15/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  volcan le Mer 2 Nov 2016 - 16:02

L'intendant zonard a écrit:
Je rejoins RETU avec un argument de poids : ceux qui pensent que l'herbe est plus verte dans la territoriale, vous devriez y partir tout de suite. Parce que si vous attendez qu'on soit décentralisés, cela risque d'être dans de bien moins bonnes conditions.
Sauf qu'on ne sera jamais décentralisés. Les CT ont déjà appris à se passer de nous et elles vont supprimer des postes comme la FP d'Etat. Elles n'ont pas besoin de nous et plus envie de nous avoir. La question est simplement de savoir où on vous recasera.

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
avatar
volcan
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 9756
Date d'inscription : 15/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Poporc le Mer 2 Nov 2016 - 17:40

danidf a écrit:Je n'appellerai pas cela une connerie puisque que tout le monde peut s'exprimer, et avoir des avis contraires comme vous le dites si bien. Pas plus exemplaire, juste exemplaire suffira.
Mais c'est quoi, être exemplaire ?
Servir d'exemple, soit. A quel niveau ?
Et est-ce fondamentalement la fonction d'un syndicat ou d'un syndicaliste de faire preuve d'exemplarité et en quelle matière, de quelle façon ?
Même si on peut trouver ça ou là des syndicalistes douteux (il y a des gens douteux dans toutes les sociétés humaines), la très grande majorité d'entre eux sont des gens de conviction et voulant améliorer la situation de leurs collègues. Dans l'absolu, cela peut même s'appliquer aux syndicats patronaux. On peut ne pas être d'accord avec telle ou telle orientation syndicale et en débattre mais je ne vois pas ce que vient faire l'exemplarité dans le débat. Est-ce que le fait d'avoir des heures de délégation et de ne pas les utiliser systématiquement dans l'entreprise ou l'administration dont on dépend est un critère de non-exemplarité ? Certainement pas, l'activité syndicale peut conduire à intervenir ailleurs. Alors je ne comprends pas votre discours sur l'exemplarité des syndicats à part tomber dans le discours du "tous pourris" à cause de quelques brebis galeuses et là, la discussion ne mérite même pas d'être ouverte.

danidf a écrit:Être systématiquement du côté des employés, pourquoi pas. Avant d'être du côté de leur côté, il faut écouter ce que le patron ait à dire, c'est la moindre des politesses....
Pour les syndicats de salariés, c'est tout simplement leur raison d'être. Comme la raison d'être des syndicats patronaux est de défendre systématiquement le patron. Pour avoir assisté à plusieurs séances de négociations diverses, on écoute et on entend. Mais cela n'oblige pas à être d'accord. Quant à la politesse, il me semble avoir eu une éducation assez rigide là-dessus. J'ajouterai juste que ce devoir est réciproque : j'ai pu constater que certains employeurs avaient de sérieuses leçons à prendre en la matière.
Vos propos montrent surtout une très nette méconnaissance de ce qu'est le dialogue social. Je parle du vrai pas de celui qui fait sensation sur quelques chaînes d'infos en continu dont, soit dit en passant, les propriétaires ont un sérieux intérêt à dénigrer le travail syndical.

danidf a écrit:Eh bien, si vous avez des ambitions, le jour où vous serez patron, j'aurai bien aimé voir votre position en tant que syndicaliste ou sympathisant, etc.... C'est humain, quelques fois on oublie le passé...
Ca, j'ai fait aussi et globalement, je n'ai pas à rougir de ce que j'ai pu faire comme patron. Quant à l'ambition, au sens très restrictif de carrièriste, ce n'est pas ma tasse de thé. En revanche, j'en ai pour beaucoup d'autres choses mais cela ne risque pas de m'enrichir.


danidf a écrit:Une question : Pourquoi le syndicalisme est en perte de vitesse, y avez vous déjà réfléchi ?
C'est une excellente question mais je ne suis pas certain que la perte de vitesse soit si évidente que ça. Par exemple, on évoque souvent que sous le Front Populaire, la CGT devait avoir environ 4 millions d'adhérents. Il se trouve que cette situation a été ponctuelle. En régime de croisière, elle était plutôt entre 2 et 3. Il se trouve que la CGT était quasiment le seul syndicat (la CFTC à l'époque comptait 2 à 300000 adhérents). Quand on totalise aujourd'hui les adhérents de tous les syndicats, on arrive à un total équivalent.
Que le message syndical soit brouillé, pas très surprenant, il suffit de décompter le temps de parole dans les médias. Les dirigeants syndicaux sont pratiquement absents. Et quand ils interviennent, c'est bien souvent pour commenter des évènements ou des propos qui n'ont rien à voir (ou peu de chose) avec le combat syndical.
Ecouter aussi le discours ultra-dominant dans les médias. Sur la plupart des chaînes, ce sont toujours les mêmes idées fondées sur le dogme du libre échange, du "marché" du travail, sur le coût des politiques sociales, du coût de l'Etat,... Toutes théories fondées sur les valeurs de "l'Ecole de Chicago" et les ouvrages de Friedman, lequel s'affirme clairement conservateur (au sens anglo saxon) et pro-"capitaliste". Toujours les mêmes intervenants dont, par exemple, Agnès Verdier-Molinié de l'IFRAP qui a table ouverte dans plusieurs émissions. Le plus grave, c'est qu'elle est présentée souvent comme experte alors qu'elle travaille pour un groupe de pression d'orientation très clairement (ultra)-libérale. Et je passe sur les chroniqueurs divers à écharpe rouge ou sans...
En perte de vitesse, c'est oublier que, pendant presque une année, les manifestations contre la loi travail ont mobilisé des millions de personnes (cumul) malgré un contexte particulièrement difficile et une volonté du gouvernement de décrédibilisé le mouvement.

Quant au syndicalisme policier, dont parle le Boss, c'est un phénomène assez particulier et assez unique qu'il est difficile de généraliser. De plus, une partie des enjeux est très clairement de rivalité politique qui n'a pas grand chose à voir avec le syndicalisme.

Alors, la question du syndicalisme et de la perte de vitesse réelle ou supposée, c'est une recherche permanente au sein des syndicats. Et les enquêtes un peu sérieuses en la matière ne donnent pas de solutions toutes faites ni de réponses simples. En outre, il y a une certitude : comme en 36, le nombre d'adhésions à un syndicat est souvent corrélé à une avancée sociale : on ne peut pas dire qu'on soit beaucoup aidé en ce moment.
avatar
Poporc
****
****

Nombre de messages : 2605
Age : 50
Localisation : Passé à l'ennemi
Date d'inscription : 08/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  volcan le Mer 2 Nov 2016 - 18:28

Poporc a écrit:


Quant au syndicalisme policier, dont parle le Boss, c'est un phénomène assez particulier et assez unique qu'il est difficile de généraliser. De plus, une partie des enjeux est très clairement de rivalité politique qui n'a pas grand chose à voir avec le syndicalisme.

Euh c'est un peu facile de résumer ça à un point de vue politique (la réflexion de Cambadélis est d'ailleurs insultante pour les policiers). On a vu quantité de mouvements sociaux qui se voulaient en dehors des syndicats.

http://www.lesechos.fr/18/01/2016/LesEchos/22109-019-ECH_la-confiance-dans-les-syndicats-continue-de-s-eroder.htm

_________________
Ce métier aura ma peau. Un conseil à ceux qui envisageraient de le faire : fuyez !
avatar
volcan
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 9756
Date d'inscription : 15/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Poporc le Mer 2 Nov 2016 - 18:34

C'est vrai que ce canard est réputé pour son amour des syndicats. En lisant un peu l'article, on s'aperçoit vite que le titre est un peu excessif (voire beaucoup). Par exemple, dans l'article :
Ce discrédit est inquiétant car la présence des organisations de salariés dans les entreprises devrait au moins partiellement les préserver. Ils gagnent d'ailleurs à être connus, montre le sondage TNS-Sofres. 35 % des Français n'ayant pas de proche syndiqué et 44 % des salariés d'entreprises ou administrations où ils ne sont pas implantés leur font confiance. Mais quand un syndicat est présent au travail ou dans l'entourage, cela monte à 57 %.
avatar
Poporc
****
****

Nombre de messages : 2605
Age : 50
Localisation : Passé à l'ennemi
Date d'inscription : 08/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  danidf le Mer 2 Nov 2016 - 18:58

Effectivement, mes connaissances proches ne sont pas syndiquées et moi non plus d'ailleurs....
En tout cas, je vous souhaite une bonne continuation au finances et dans votre organisation syndicale. J'espère que vous arriverez à changer l'image du syndicalisme.

danidf
*
*

Nombre de messages : 137
Date d'inscription : 29/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Poporc le Mer 2 Nov 2016 - 23:10

Le sondage qui a servi de base à l'article des Echos.

Au-delà de la problématique sur la fiabilité d'un tel sondage, les résultats sont nettement moins tranchés que l'indique l'article qui date de janvier. De plus c'est un sondage qui a un an, il serait intéressant de voir l'évolution depuis cette date.
avatar
Poporc
****
****

Nombre de messages : 2605
Age : 50
Localisation : Passé à l'ennemi
Date d'inscription : 08/07/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Notre métier va disparaître

Message  Philia1 le Sam 5 Nov 2016 - 12:41

Lorsque la CT ( département ou région ) prend une décision dans son champs de compétence comme la gestion de la restauration et de l'hébergement et que celle-ci a ou a eu des conséquences sur les personnels de l'EN ( catégorie A, B et C ) comme par exemple la suppression de poste ou le déplacement des personnes, les services du rectorat ont du consentir sans réserve à cette demande et les syndicats des personnels n'ont rien pu faire face à cette décision politique.

Donc, dans certaines situations, l'Etat et les représentants des personnels ne peuvent rien faire face à une décision votée par l'assemblée délibérante d'une CT.

Bref, depuis la mise en place de la décentralisation et son approfondissement en 2004/2005, les conséquences sur notre métier existent et ne sont pas forcement positives ( suppression de postes, reclassement, demande de mobilité ou demande de mutation obligatoire...).

Philia1
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum