Forum des gestionnaires d’EPLE
Bienvenue dans le forum des gestionnaires et personnels d'intendance des EPLE !

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  RLBL le Ven 19 Oct 2012 - 19:48

Il était une fois, une université où tout n'était certes pas parfait mais où il faisait à peu près bon vivre, où les personnels étaient écoutés, souvent entendus et où il était possible pour tous les cadres (ou pas) qui souhaitaient s'investir de prendre leurs fonctions à bras le corps pour faire avancer les choses, où l'intérêt général avait un sens..
Et puis,
et puis la LRU, et puis les RCE avec leur cortège de créations de directions, d'arrivées de directeurs, de DGS-A, de délégués généraux, d'experts, de contrôleurs de gestion, de qualiticiens, de statisticiens souvent très diplômés (pas souvent diplômés par une université d'ailleurs), tous très bien payés, des mots anglais plein la bouche, et que process par-ci et que benchmarking par là, et qu'on va faire une négo et que si t'acceptes moins de 3,5Keuros t'es un tocard..

Alors tout a changé, les ADAENES, ou IGE autrefois respectés parce qu'issus de concours pas toujours fastoches, souvent expérimentés, rompus aux métiers qui étaient les leurs, les attachés ou ingénieurs qui ont, sans faire plus mal qu'ailleurs, fait tourner la boite pendant des années avec leurs équipes sont maintenant renvoyés à leur paperasse. Quand ils braillent parce qu'ils se permettent d'alerter ou de proposer des choses, lorsqu'ils ont l'outrecuidance de donner un avis qui ne va pas dans le sens de celui qui est admis, c'est à dire celui de la direction.. on leur dit quoi?? on leur dit que c'est pas ce qu'on leur demande, que la direction a arbitré et qu'elle n'a pas à expliquer à ceux qui ont bossé, monté le dossier sur quoi s'est fondé son arbitrage.. parce que bien sûr, lorsqu'on arbitre, on arbitre entre soi, entre directeurs, entre gens qui pensent, on ne va quand même pas se mélanger avec les cadres lorsqu'on est cadresup' nanméo !

Et je passe les heures de réflexion pour savoir si telle ou telle décision ne va pas mettre LE politique en difficulté, les frilosités pour ne pas froisser tel ou tel qui est ami avec la marchande de fromage de la soeur du voisin du vice président aux poignées de portes..

soupir..

franchement le sup' plus ça va, plus ça me dégoute.. Je n'aurais jamais cru le dire mais pour sauver ma peau, je crois qu'il va falloir fuir...

(Pardonnez moi pour ce coup de gueule/de blues, je vous ai lu beaucoup, il y a quelques années pour préparer le concours d'adaenes, je vous lis aujourd'hui avec envie... je m'installerait bien lundi matin dans le bahut de ma ville...le poste est occupé? c'est pas de bol !)

RLBL
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  univers le Ven 19 Oct 2012 - 21:12

RLBL a écrit: LE politique

Tout est dit.
univers
univers
***
***

Nombre de messages : 1374
Localisation : Sud à gauche
Date d'inscription : 30/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  barbule le Ven 19 Oct 2012 - 21:16

Je ne connais pas le Sup, mais j'ai beaucoup apprécié la lecture de votre message Very Happy
Outre les détails que vous décrivez avec humour, le fait de savoir que quelqu'un nous envie, nous intendants aussi provinciaux que laborieux, surtout en ces périodes particulièrement difficiles et incertaines, ce simple fait aurait presque de quoi nous redonner le moral et nous aider à trouver la voie de la relativisation et de la sérénité .

N'est ce pas , Virgule Wink
barbule
barbule
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 10066
Date d'inscription : 05/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  DBM le Ven 19 Oct 2012 - 21:24

J'ai eu le même sentiment ! bien

DBM
DBM
****
****

Nombre de messages : 2107
Date d'inscription : 12/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  RLBL le Ven 19 Oct 2012 - 22:19

arf merci !

y'aurait de quoi tenir une chronique..
si si, un jour je vous raconterai peut être comment on m'a retoqué une note d'info sur l'augmentation du taux de cotisation à la pension civile parce que ça risquait mettre en difficulté l'équipe présidentielle en campagne pour les élections qui devaient avoir lieu 4 mois plus tard..

(ah ! l'affreux législateur empêcheur de présider en rond!)

RLBL
.
.

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  RETU le Ven 19 Oct 2012 - 22:21

RLBL a écrit:Et je passe les heures de réflexion pour savoir si telle ou telle décision ne va pas mettre LE politique en difficulté, les frilosités pour ne pas froisser tel ou tel qui est ami avec la marchande de fromage de la soeur du voisin du vice président aux poignées de portes..
Ceci est la définition du milieu universitaire.

On essaie de mettre en place le début d'une règle ou d'un délai, et c'est battu en brèche dans l'heure qui suit par un directeur d'UFR ancien camarade de labo du VP à qui ça ne convient pas.

Résultat : du clientélisme, des responsabilités diluées, de la soupe quoi.
RETU
RETU
******
******

Nombre de messages : 4898
Date d'inscription : 20/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  RLBL le Ven 19 Oct 2012 - 22:32

oué, notez que je ne crache pas dedans, mais parfois, elle est quand même vraiment pas terrible la soupe..

RLBL
.
.

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  LMDV/LG le Sam 20 Oct 2012 - 9:50

Doit-on comprendre du message initial que les universités se sont transformées en CT?
LMDV/LG
LMDV/LG
*******
*******

Nombre de messages : 5069
Localisation : De là à de là.
Date d'inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  malaga le Sam 20 Oct 2012 - 10:02

Il est vrai que l'aspect politique joue un rôle majeur dans le processus décisionnel.
A chaque fois que je m'entends dire comme un antienne "mais ça c'est politique", j'ai l'impression que je fais vaciller l'institution sur ses fondements et que je vais déclencher le feu nucléaire!
L'avantage aussi pour l'administration quand on ne sait pas se dépatouiller d'une situation c'est de botter en touche et de dire "mais ça c'est politique" et cela clos généralement le débat!
Au delà de ces remarques, je pense qu'on a tendance à toujours trouver l'herbe plus verte ailleurs et si parfois je rêve d'autres horizons j'ai bien conscience que j' y aurais d'autres contraintes.
Dans le supérieur on se sent parfois marginalisé par rapport aux enseignants chercheurs, mais je ne suis pas sûre que cela soit mieux en centrale au milieu des énarques, par exemple.
Suis pas certaine qu'avec les réformes qui sont dans le tuyaux que les administratifs tirent leur épingle du jeu!
affaire à suivre

malaga
.
.

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 16/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  BASHAR le Sam 20 Oct 2012 - 10:08

LMDV/LG a écrit:Doit-on comprendre du message initial que les universités se sont transformées en CT?

Humm le degré de ressemblance varie, mais je plussoie, et affirme que pour certaines facs, c'est le cas !

D'ailleurs j'en suis parti pour retourner à l'EPLE.

Et me retrouve avec des problèmes terre a terre du genre WC qui fuient, clés à distribuer, mais ce n'est pas pour me déplaire.
BASHAR
BASHAR
***
***

Nombre de messages : 1133
Localisation : Artense
Date d'inscription : 22/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  Zero Panic le Sam 20 Oct 2012 - 17:09

Et dire que je commençais à me dire que j'allais retourner en univ (quittée avant la LRU)...Bon alors des propositions de réorientation?
Zero Panic
Zero Panic
*
*

Nombre de messages : 354
Localisation : Au bord de la Loire
Date d'inscription : 13/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  RLBL le Dim 21 Oct 2012 - 12:19

prof?












nan je plaisante !

RLBL
.
.

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  March Brizh le Lun 22 Oct 2012 - 12:12

RLBL a écrit:franchement le sup' plus ça va, plus ça me dégoute.. Je n'aurais jamais cru le dire mais pour sauver ma peau, je crois qu'il va falloir fuir...

(Pardonnez moi pour ce coup de gueule/de blues, je vous ai lu beaucoup, il y a quelques années pour préparer le concours d'adaenes, je vous lis aujourd'hui avec envie... je m'installerait bien lundi matin dans le bahut de ma ville...le poste est occupé? c'est pas de bol !)
Bonjour,
Ton coup de blues est une très bonne illustration de « l'herbe plus verte ailleurs ».

Il était une fois, une université où tout n'était certes pas parfait mais où il faisait à peu près bon vivre, où les personnels étaient écoutés, souvent entendus et où il était possible pour tous les cadres (ou pas) qui souhaitaient s'investir de prendre leurs fonctions à bras le corps pour faire avancer les choses, où l'intérêt général avait un sens..
Et puis,
et puis la LRU, et puis les RCE avec leur cortège de créations de directions, d'arrivées de directeurs, de DGS-A, de délégués généraux, d'experts, de contrôleurs de gestion, de qualiticiens, de statisticiens souvent très diplômés (pas souvent diplômés par une université d'ailleurs), tous très bien payés, des mots anglais plein la bouche, et que process par-ci et que benchmarking par là, et qu'on va faire une négo et que si t'acceptes moins de 3,5Keuros t'es un tocard..
Pour ma part, j'ai également vu les RCE obliger l'université à passer d'un certain amateurisme à un professionnalisme certain dans quelques secteurs clé. Mais ça s'est fait essentiellement avec les équipes déjà en place, et dans un grand respect de la part des politiques pour les services administratifs. Ils nous ont demandé d'avancer à marche forcée et nous n'avons pas ménagé notre peine pour que le passage aux RCE se passe bien. Mais le résultat était au rendez-vous et nous y avons gagné le respect et l'écoute des politiques.
J'ai également vu arriver les « process » et autres « benchmarking », mais les mots ne me posent pas de problème, je préfère regarder ce qu'il y a derrière. Et franchement, j'ai appris des méthodes de travail que je ne soupçonnais pas et qui m'ont beaucoup fait progresser.


Alors tout a changé, les ADAENES, ou IGE autrefois respectés parce qu'issus de concours pas toujours fastoches, souvent expérimentés, rompus aux métiers qui étaient les leurs, les attachés ou ingénieurs qui ont, sans faire plus mal qu'ailleurs, fait tourner la boite pendant des années avec leurs équipes sont maintenant renvoyés à leur paperasse. Quand ils braillent parce qu'ils se permettent d'alerter ou de proposer des choses, lorsqu'ils ont l'outrecuidance de donner un avis qui ne va pas dans le sens de celui qui est admis, c'est à dire celui de la direction.. on leur dit quoi?? on leur dit que c'est pas ce qu'on leur demande, que la direction a arbitré et qu'elle n'a pas à expliquer à ceux qui ont bossé, monté le dossier sur quoi s'est fondé son arbitrage.. parce que bien sûr, lorsqu'on arbitre, on arbitre entre soi, entre directeurs, entre gens qui pensent, on ne va quand même pas se mélanger avec les cadres lorsqu'on est cadresup' nanméo !

Et je passe les heures de réflexion pour savoir si telle ou telle décision ne va pas mettre LE politique en difficulté, les frilosités pour ne pas froisser tel ou tel qui est ami avec la marchande de fromage de la soeur du voisin du vice président aux poignées de portes..

soupir..
Là aussi, c'est juste une question d'appréciation personnelle.
D'abord, faut pas rêver, parmi les enseignants chercheurs, il y en a certes qui n'ont jamais la grosse tête et restent très humains et simples, mais il y a aussi le lot habituel d'abrutis très fiers de ce qu'ils sont et qui ne ratent pas une occasion de te le faire sentir. Bon, je reconnais que j'ai de la chance : ici, l'équipe de direction fait partie de la première catégorie.

Mais quoi qu'il en soit, il ne faut pas perdre de vue le rôle de chacun. Les patrons, ce sont les enseignants chercheurs, c'est écrit en toutes lettres (ou presque) à l'article L. 952-3 du code de l'éducation : « Les fonctions des enseignants-chercheurs s'exercent dans les domaines suivants : (...) 5° L'administration et la gestion de l'établissement. »
Alors en ce qui me concerne, je ne prends pas la tête. Certes, ça peut paraître frustrant d'être confronté à un arbitrage opaque. Mais je n'ai pas d'états d'âme avec ça : je suis payé pour conseiller, pas pour décider.
Réfléchir pour s'assurer que telle ou telle décision ne va pas mettre le politique en difficulté ? Ben oui, évidemment. À partir du moment où nous sommes là pour conseiller le décideur, pour préparer la décision, il est normal que nous réfléchissions à ça. C'est partout pareil (par exemple dans les services déconcentrés avec les IA DASEN et les recteurs). Quand les politiques avec qui je travaille veulent violer la réglementation, je les mets en garde, mais je suis également sans état d'âme : je leur dis que s'ils veulent s'asseoir sur les textes, c'est leur problème, pas le mien, vu que ce n'est pas moi qui suis payé pour en assumer les éventuelles conséquences.

Faut juste prendre un peu de recul et se dire que tout cela, c'est certainement important, mais ce n'est pas grave Wink

March Brizh
*
*

Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 16/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  RLBL le Lun 22 Oct 2012 - 20:08

je te rejoins sur de nombreux points, y compris sur la couleur de l'herbe ailleurs..
Néanmoins, je tiens à préciser que les difficultés dont je fais état n'ont pas de lien avec les chercheurs et enseignants chercheurs. Pour les "pratiquer" depuis longtemps, je ne me formalise pas de leurs façons de faire et les trouve plutôt gérables.

Je te rejoins également sur le fait que le passage aux RCE s'est fait à marche forcée et que les services administratifs ont fait leur travail avec professionnalisme dans un contexte nouveau, mouvant et difficile. Il est vrai que cela nous a appris beaucoup, et permis de mettre en place de nouvelles pratiques en ouvrant un éventail de possibilités que nous ne connaissions pas jusqu'à présent.

Je crains en fait que le problème que je soulève concernant mon université ne soit pas tant un problème politique mais plutôt un net changement de mentalité administrative. Le plus difficile n'est pas de travailler avec les enseignants, ni même avec le politique.. Dans mon université tout cela s'est fait au détriment d'une collégialité aujourd'hui presque disparue.. notre Président s'est entouré de tout un aéropage, des personnes souvent issues du secteur privé ou des CT, plus presidentistes que le président, avec des pratiques très différentes des nôtres, peu adaptées à l'enseignement supérieur et qui pour justifier leur place et leur salaire hors de toute comparaison avec ceux versés aux fonctionnaires n'en finissent pas de créer des strates hiérarchiques visant à couper les cadres des organes de réflexion.. J'ai souvent l'impression que l'autonomie, loin de faire de l'université une institution moderne et performante, l'englue dans des considérations budgéto-politico-pratico-pratiques bien éloignées de ce qui, à mon sens doit être son coeur à savoir la formation de nos étudiants et le développement de la recherche.

Je ne peux m'empêcher de sourire lorsque tu indiques que tu alertes sur le nécessaire respect de la réglementation et les éventuelles conséquences que peut entrainer le fait de s'en affranchir... Je pourrais aussi bien m'appeler Cassandre..

Il faut sans doute, il est vrai que je fasse fi de mes états d'âme, mais je n'ai pas encore le coeur à m'asseoir sur un certain nombre de principes qui m'ont conduite à intégrer à FPE..
Le plus difficile étant dans doute de décider de passer à autre chose.

RLBL
.
.

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  L'intendant zonard le Lun 22 Oct 2012 - 23:09

J'ai passé le concours d'attaché quand j'étais un fringant étudiant en DESS de syndicalisme étudiant, et persuadé que je n'aurais pas d'avenir hors les facs. Remarquez que c'était lors du même millénaire que l'inquisition ou le massacre des malgaches par le glorieux général Galliéni.

L'Intstitution, dans sa grande sagesse, m'a nommé en EPLE, et j'ai découvert qu'on pouvait travailler dans un environnement rempli de cens mais où malgré tout le mépris d'autrui et des missions fondamentales qui nous sont confiées n'est pas inéluctable. Et avant de retourner dans le supérieur, je crois que je devrais m'acheter un bon lot de pinces à linge, parce que je crois avoir l'odorat délicat.

Les messages de l'ami RLBL me confortent dans mon choix de rester au service des élèves du secondaire, même si je suis bien contraint de confirmer que le métier de gestionnaire est impossible, odieux, épuisant et détruit ceux qui prétendent l'exercer. langue pleure

_________________
Parce que l'intendance, c'est la zone.
Animateur des rubriques Greta et OpenAcadémie, quatrième au classement du GJQ du mois de février 2019. Testé et approuvé par VI (le seul, le vrai) :

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Vi_hommage_iz_2009_mini
L'intendant zonard
L'intendant zonard
Animateur Greta
Animateur Greta

Nombre de messages : 17247
Age : 14
Localisation : La (neuf-)quatrième dimension
Date d'inscription : 09/06/2006

http://www.intendancezone.net

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  March Brizh le Mar 23 Oct 2012 - 10:34

RLBL a écrit:je tiens à préciser que les difficultés dont je fais état n'ont pas de lien avec les chercheurs et enseignants chercheurs.(...)
Je crains en fait que le problème que je soulève concernant mon université ne soit pas tant un problème politique mais plutôt un net changement de mentalité administrative. (...)
notre Président s'est entouré de tout un aéropage, des personnes souvent issues du secteur privé ou des CT, plus presidentistes que le président, avec des pratiques très différentes des nôtres, peu adaptées à l'enseignement supérieur et qui pour justifier leur place et leur salaire hors de toute comparaison avec ceux versés aux fonctionnaires n'en finissent pas de créer des strates hiérarchiques visant à couper les cadres des organes de réflexion.. (...)
Il faut sans doute, il est vrai que je fasse fi de mes états d'âme, mais je n'ai pas encore le coeur à m'asseoir sur un certain nombre de principes qui m'ont conduite à intégrer à FPE..
Le plus difficile étant dans doute de décider de passer à autre chose.
Vu comme ça, effectivement, c'est très différent de ce que j'avais compris. Mis dans une telle situation, j'aurais certainement les mêmes états d'âme et je ruerais certainement dans les brancards, ne serait-ce que pour la forme. Que les enseignants chercheurs n'en fassent qu'à leur tête, passe encore, mais qu'ils s'imaginent qu'on fait moins bien notre job que des gens issus du privé ou de je-ne-sais-où, ça non !

Je ne peux m'empêcher de sourire lorsque tu indiques que tu alertes sur le nécessaire respect de la réglementation et les éventuelles conséquences que peut entrainer le fait de s'en affranchir... Je pourrais aussi bien m'appeler Cassandre..
Oui, moi aussi parfois. Mais au moins, quand on est dans le mur, on a la petite consolation de penser que ce n'est pas notre faute, vu qu'on avait prévenu...

Bon courage...

March Brizh
*
*

Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 16/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  RLBL le Mar 23 Oct 2012 - 22:40

L'intendant zonard a écrit: même si je suis bien contraint de confirmer que le métier de gestionnaire est impossible, odieux, épuisant et détruit ceux qui prétendent l'exercer. langue pleure

je croyais que c'était mon métier à moi qui méritait tous ces qualificatifs ! ;-)

RLBL
.
.

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  RLBL le Mar 23 Oct 2012 - 22:44

March Brizh a écrit:Vu comme ça, effectivement, c'est très différent de ce que j'avais compris. Mis dans une telle situation, j'aurais certainement les mêmes états d'âme et je ruerais certainement dans les brancards, ne serait-ce que pour la forme. Que les enseignants chercheurs n'en fassent qu'à leur tête, passe encore, mais qu'ils s'imaginent qu'on fait moins bien notre job que des gens issus du privé ou de je-ne-sais-où, ça non !



Oui, moi aussi parfois. Mais au moins, quand on est dans le mur, on a la petite consolation de penser que ce n'est pas notre faute, vu qu'on avait prévenu...

Bon courage...


cela dit ces situations, ça crée un effet sauna au travail: on prend un coup de chaud suivi d'une douche froide quatre fois par jour...ya de quoi se maintenir en forme à condition de ne pas s'épuiser..
l'air de rien venir verser ici ma désillusion, ça me donne la pèche..
merci en tous cas !

RLBL
.
.

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 19/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  universi le Jeu 15 Nov 2012 - 9:35

Bonjour,
la situation est exactement la même dans une université de l'est de la France!!!!
c'est désolant!
L'attaché est considéré comme un "chef-secrétaire"......

universi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  Ours62 le Jeu 15 Nov 2012 - 11:44

tout dépend du relationnel que l'on tisse avec les équipes pédagogiques, les responsables de formation, le directeur de composante...

ceci dit ce relationnel peut etre aidé avec une notion de temps en démontrant sa rigueur et compétence

Ours62
*
*

Nombre de messages : 120
Age : 40
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Désillusion

Message  sacan le Ven 16 Nov 2012 - 11:40

Je suis en poste depuis 3 ans aux services centraux d'une université. Venant de l'EPLE, je dois dire que je suis vraiment déçu du fonctionnement général : hiérarchie pesante qui décourage les prises d'initiatives, puisqu'on ne peut rien faire sans passer par x niveau de validation de la part de petits chefs qui en profitent pour se faire mousser, d'où une force d'inertie et un manque total de réactivité qui parait d'un autre âge. "Prises de tête" et perte de temps pour des détails. Logiciels de gestion obsolètes. Réunionite aigue et stérile. A la fois, application bête et méchante des textes et "petits arrangements entre amis" pour certains. En EPLE, la réactivité est quasi immédiate face aux situations quotidiennes ; là, j'ai appris qu'il ne faut jamais se précipiter, qu'il est normal que des courriers mettent plusieurs semaines avant d'être signés...même pour un simple bordereau.
C'est le domaine de la perte de temps et d'énergie, des économies de bouts de chandelle et en même temps du gaspillage éhonté.
Quelle déception ! De plus, quand à tout bout de champ si vous proposez de modifier un fonctionnement , on vous assène du "ah, mais là c'est du politique" alors on s'en retourne faire son petit travail en attendant d'avoir une bonne perspective de mutation !
C'est bien simple, auparavant j'étais fier de mon travail et de l'exposer à mon épouse ou lors de conversations entre amis. Là, si je décrivais ce à quoi je passe mes journées, je donnerai crédit à ceux qui critiquent la fonction publique pour son inertie et le gaspillage de l'argent public...

sacan
.
.

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 08/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  L'intendant zonard le Sam 17 Nov 2012 - 10:58

Mmhh, ce que décrit Sacan ressemble énormément à ce que je pouvais observer quand j'étais étudiant syndicaliste élu. A l'époque, les personnels administratifs de type SAENES, attachés et autres, c'était vraiment pas mes copains ! langue

_________________
Parce que l'intendance, c'est la zone.
Animateur des rubriques Greta et OpenAcadémie, quatrième au classement du GJQ du mois de février 2019. Testé et approuvé par VI (le seul, le vrai) :

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Vi_hommage_iz_2009_mini
L'intendant zonard
L'intendant zonard
Animateur Greta
Animateur Greta

Nombre de messages : 17247
Age : 14
Localisation : La (neuf-)quatrième dimension
Date d'inscription : 09/06/2006

http://www.intendancezone.net

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  pasvieux le Sam 17 Nov 2012 - 11:13

Un paquebot de plusieurs milliers de passagers a tjs plus d'inertie qu'une embarcation pour une centaine de personnes, rien d'exceptionnel.
Cela ne veut pas dire que des améliorations dans le fonctionnement ne sont pas à apporter mais espérer dupliquer le fonctionnement d'un EPLE à une Université est illusoire, et source de frustration apparemment.
Ayant pris pas mal de recul sur ces lenteurs, il est tout de même possible d'avoir une certaine autonomie dans le travail et être force de proposition, tout n'est pas si noir.
pasvieux
pasvieux
**
**

Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 07/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  sacan le Lun 19 Nov 2012 - 10:02

pasvieux a écrit:Un paquebot de plusieurs milliers de passagers a tjs plus d'inertie qu'une embarcation pour une centaine de personnes, rien d'exceptionnel.
Cela ne veut pas dire que des améliorations dans le fonctionnement ne sont pas à apporter mais espérer dupliquer le fonctionnement d'un EPLE à une Université est illusoire, et source de frustration apparemment.
Ayant pris pas mal de recul sur ces lenteurs, il est tout de même possible d'avoir une certaine autonomie dans le travail et être force de proposition, tout n'est pas si noir.

Effectivement, frustration est le bon terme... Je me dis tous les jours que je dois prendre davantage de recul. Mais passer d'une situation où je bénéficiais d'une certaine reconnaissance et d'une relative autonomie à un carcan où j'ai l'impression de régresser, c'est parfois difficile...Certains penseront, pourquoi avoir quitté l'ancien poste ; il s'agissait d'une mutation pour rapprochement de conjoint et j'ai postulé sur un poste PRP qui paraissait attractif "sur le papier" ; mais ensuite, mes attributions réelles n'ont pas eu grand chose à voir avec celles prévues au départ.
J'aurais dû me méfier car, lors de l'entretien, il m'avait été dit que les profils présentés sur les fiches étaient indicatifs et que les affectations réelles seraient décidées à l'issue du mouvement interne !
Je me donne encore le temps de voir si les choses peuvent évoluer, peut-être en demandant une mutation interne, mais il me semble délicat de la justifier par ce sentiment de frustration...
Si certains se sont retrouvés dans ce cas, merci de me dire comment ils ont géré la situation...

sacan
.
.

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 08/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  universi le Lun 19 Nov 2012 - 11:38

Bonjour,
sache en tout cas que tu n'es pas seul dans une telle situation...
Même si cela n'a rien de rassurant!!!car c'est très dur pour le moral.

universi
Invité


Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  sacan le Lun 19 Nov 2012 - 12:49

universi a écrit:Bonjour,
sache en tout cas que tu n'es pas seul dans une telle situation...
Même si cela n'a rien de rassurant!!!car c'est très dur pour le moral.

Merci ! Je me sens un peu moins seul. Même si effectivement, c'est très dur pour le moral, d'autant plus que c'est difficile à expliquer à notre entourage : "de quoi te plains-tu, toi au moins tu ne risques pas d'être au chômage demain ! " etc...
Bon, il faut que je garde la motivation que j'ai toujours eu en allant travailler le matin, même si depuis cette rentrée, c'est la première fois que je me surprends à penser "vivement les prochaines vacances" !

sacan
.
.

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 08/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  L'intendant zonard le Lun 19 Nov 2012 - 22:16

sacan a écrit:depuis cette rentrée, c'est la première fois que je me surprends à penser "vivement les prochaines vacances" !
Alors ça c'est un truc que je pense très, très régulièrement : mon corps m'envoie mille petites alertes qui indiquent avec précision qu'il préfère les vacances au rythme de travail de l'intendance. Et je n'en suis qu'à peine au quart des années de cotisation qu'il me faudra avant d'espérer bénéficieer du minimum vieillesse. Rolling Eyes

_________________
Parce que l'intendance, c'est la zone.
Animateur des rubriques Greta et OpenAcadémie, quatrième au classement du GJQ du mois de février 2019. Testé et approuvé par VI (le seul, le vrai) :

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Vi_hommage_iz_2009_mini
L'intendant zonard
L'intendant zonard
Animateur Greta
Animateur Greta

Nombre de messages : 17247
Age : 14
Localisation : La (neuf-)quatrième dimension
Date d'inscription : 09/06/2006

http://www.intendancezone.net

Revenir en haut Aller en bas

le monde merveilleux de l'enseignement supérieur.. Empty Re: le monde merveilleux de l'enseignement supérieur..

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum