Forum des gestionnaires d’EPLE
Bienvenue dans le forum des gestionnaires et personnels d'intendance des EPLE !

Vol à la roulotte

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vol à la roulotte

Message  pasvieux le Sam 18 Juin 2011 - 23:10

Phénomène apparemment courant en Guadeloupe, de petites roulottes Snack viennent concurrencer la cantine jusque dans la cour des collèges. Saisissant.
Obésité en Guadeloupe
avatar
pasvieux
**
**

Nombre de messages : 623
Date d'inscription : 07/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  SVP le Dim 19 Juin 2011 - 0:05

Si le CE n'organise pas cela dans sa cour de bahut, il aura ces «camions-bar» devant, sur la voie publique et ils seront alors complètement hors contrôle. Le bahut se retrouvera rapidement ensuite avec des camionnettes dans un premier temps, puis très probablement des épaves sans roues, inamovibles donc et enfin des cabanes sur parpaings avec connexion électrique.
Ce ne sera pas le C.G. qui sera concerné mais les maires ayant bahut sur leur territoire.
Il est très vraisemblable que le maire responsable du domaine public de l'autre côté de la grille ne fera rien qui fâche le commerçant même s'il a matière juridique à le faire déguerpir. Le restaurateur ambulant est souvent organisé avec plusieurs véhicules ou points de ventes. C'est un bon relais d'opinion à se ménager.
En outre et ce n'est pas secondaire, la clientèle ne se résume pas aux élèves. Les profs s'y approvisionnent aussi. Tout commeeux, ravis de ne pas se farcir la cantine et ses contraintes.
La tendance à centraliser les cuisines probablement à l'oeuvre aussi la-bas ne va pas améliorer l'offre officielle. Les camionnettes ont de l'avenir. Les sandwichs américains aussi, bien gras.

Inconvénient supplémentaire, ces points de restauration devant les bahuts ou à proximité immédiate deviennent assez facilement des points de fixations de glandus plus ou moins bien intentionnés à deux pas des entrées. Complications en perspectives.

SvP .

SVP
**
**

Nombre de messages : 984
Date d'inscription : 21/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  Fondateur le Dim 19 Juin 2011 - 12:13

Moi ce qui me scandalise c'est l'attitude du président du CG responsable du SAH. Mais c'est un débat qui n'a pas sa place sur ce forum.

_________________
Celui qui poursuit un rêve n'en désire pas, au fond, la réalisation : il veut seulement pouvoir continuer à rêver.
.
avatar
Fondateur
Admin fondateur
Admin fondateur

Nombre de messages : 17374
Date d'inscription : 26/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  SVP le Dim 19 Juin 2011 - 13:37

N@n@rd a écrit:Moi ce qui me scandalise c'est l'attitude du président du CG responsable du SAH. Mais c'est un débat qui n'a pas sa place sur ce forum.

Le président du CG te dira que c'est culturel et qu'il a d'autres priorités.

SvP .

SVP
**
**

Nombre de messages : 984
Date d'inscription : 21/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  Fondateur le Dim 19 Juin 2011 - 14:42

D'autres priorités que la santé des enfants ?

_________________
Celui qui poursuit un rêve n'en désire pas, au fond, la réalisation : il veut seulement pouvoir continuer à rêver.
.
avatar
Fondateur
Admin fondateur
Admin fondateur

Nombre de messages : 17374
Date d'inscription : 26/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  SVP le Dim 19 Juin 2011 - 21:41

T'es un métro, toi ... Rolling Eyes pour poser une telle question.
Bien sûr, d'abord parce que les enfants ne sont pas des électeurs, que le rapport à l'école et à l'alimentation sont quelque peu différents de celui en métropole et parce que le jugement que les familles auront des prestations des bahuts (cantine+camion-bar) sera différent de celui qu'auraient eu celles de France. La camionnette c'est un plus. Et montrer que tu as les sous pour y accéder aussi.
En fait ce n'est pas un problème interne au bahut mais un problème de société bien au delà des trois quatre cinq repas sur quatorze ainsi assurés.

Ensuite et parce que bien d'autres problèmes et urgents à traiter. Là, mal bouffe, on est dans la prédiction des emmerdes à 5 ans, 10 ans ... Tu retrouves les mêmes problèmes dus aux modifications rapides de vie et d'hygiène ailleurs dans tout l'outre-mer, à des degrés variables. À parier qu'à Mayotte, ce sera une des conséquences de la départementalisation qui se met en place.

Le Lurel responsable de la région et fort bien élu - c'est lui qui se retrouve avec le problème des camions bar en lycée - a bien d'autres soucis, parmi lesquels les menaces sur la défisc', la réorganisation territoriale qui va laisser sur le carreau plein d'élus importants, celle des administrations excédentaires en fonctionnaires comme dans tous les ex-dom.tom.com.pom, même si de ce fait le non-renouvellement d'un sur deux n'a pas encore trop troublé la performance globale mais oblige les restants à se mettre à la norme (l'excédentaire est du, un peu, au fait qu'il faille que toutes les fonctions de la République soit assurées alors que la population est peu nombreuse et dispersée et du, beaucoup, au côté bananier localement de la république et de ses recrutements. La Guadeloupe n'en a pas l'exclusivité - des pratiques bananières - tu retrouves cela ailleurs même là où les plans de bananes sont rares, en Atlantique sauf peut-être à St-P.& M., dans l'Océan indien et dans le Pacifique), la baisse des financements par l'état des contrats aidés qui aidaient tant à se faire clientèles et recompenser le clan de l'élu qui les distribue ou renouvelle avant chaque échéance électorale, le traitement des ordures ménagères et de la Marie-Luce fille de sa mère, la “Ligue contre la profitation” de Domota qui si elle signale bien la réalité de la Guadeloupe et son économie de comptoir n'apporte pas de solution certaine, le chômage à 25%, la violence dans les bahuts qui est une spécificité antillaise, etc.
Le camion-bar, qui répond plus ou moins bien à une demande de tous - sauf des nutritionnistes et des toubibs, mais personne n'oblige à prendre le sandwich américain avec essentiellement frites, fromage rapé et dessus un maxi de mayo, le tout gratiné, il y a des sandwichs à base de légumes aussi qui sont supérieurs en goût et contenants à ce qu'offre la cantine - n'est vraiment pas la priorité des autorités.

Rien à voir directement, encore que ...? tout n'est peut-être pas foutu comme bouillottait l'illustre, l'île se transforme : savais-tu qu'en Guadeloupe - où ce sont les femmes qui bossent, et les hommes beaucoup moins - la proportion Hommes/Femmes comme CE est l'inverse de la métropole (40/60 dans l'île au lieu de 60/40 en France). Je vais tâcher de voir si j'ai accès à un bilan social des intendances. Ptêt' bien que là-bas aussi, les agentes comptab' ont pris le dessus sur les agents comptab'.

T'imagines ? Que des Barbule...
Faudra que cela tourne à la baguette.
De pain dans la cantine, aussi.




Cool

SvP .

SVP
**
**

Nombre de messages : 984
Date d'inscription : 21/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

avec du sucre tu fais pasvieux os

Message  SVP le Jeu 23 Juin 2011 - 18:17

avec du sucre tu fais pasvieux os

pasvieux a écrit:Phénomène apparemment courant en Guadeloupe, de petites roulottes Snack viennent concurrencer la cantine jusque dans la cour des collèges. Saisissant.
Obésité en Guadeloupe

Le vrai problème est dans les assiettes des marmailles à la maison autant qu' à la cantine et davantage que dans les roulottes. À l'insu du plein gré de beaucoup.
Les intendants contrôlent-ils les étiquettes de leurs yaourts et autres fournitures à ce propos, ont-ils le choix, font-ils pression ? J'ai des doutes.


Des produits alimentaires "plus sucrés" outre-mer

Le PS dépose une proposition de loi pour obliger les industriels à revoir leur politique de vente, qui favorise l'obésité

La quantité de glucides contenus dans des produits laitiers vendus sous le même nom peut varier du simple au double, selon qu'ils sont commercialisés en métropole ou bien outre-mer. Tel est le constat effectué par le cardiologue André Atallah, également conseiller régional (PS) de Guadeloupe, constat à l'origine d'une proposition de loi déposée par Victorin Lurel (PS, Guadeloupe) et 102 autres députés du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche. Le texte vise " à prohiber la différence de taux de sucre entre les compositions des produits manufacturés et vendus dans les régions d'outre-mer et celle des mêmes produits vendus dans l'Hexagone ".
Tout est parti d'une intuition du docteur Atallah, survenue lors de vacances passées en métropole, après qu'il eut mangé un yaourt. " J'ai trouvé qu'il existait une nette différence de goût entre le même yaourt, selon qu'il était acheté en métropole ou à la Guadeloupe, raconte-t-il. De retour chez moi, j'ai demandé à une nutritionniste travaillant à Nantes d'effectuer des mesures comparatives. "


Les résultats se sont révélés édifiants : 8,4 grammes de glucides dans un pot de yaourt " nature sans sucre " Yoplait vendu à la Guadeloupe, contre 3,7 g pour le même acheté en métropole ; 12,5 g de glucides dans 100 g de Petit Gervais aux fruits, spécialité laitière commercialisée par le groupe Danone, dans l'Hexagone, contre 17,2 g aux Antilles. " Un enfant ultra-marin consommant un yaourt par jour recevra 16 kilocalories de plus par jour qu'un enfant métropolitain, ce qui correspond, par cette simple consommation, à une prise de poids supplémentaire de 0,5 à 1 kg par an ", a déclaré Victorin Lurel, par ailleurs président du conseil régional de Guadeloupe, en présentant le texte de loi, qui devrait être examiné d'ici à la fin de l'année, dans le cadre d'une niche parlementaire du PS.
Le lien entre consommation de glucides - notamment de sucres - et phénomènes de surpoids ou d'obésité est connu. Pour mieux mesurer la prévalence de l'obésité dans les départements et collectivités d'outre-mer, l'association Action du groupe de recherche ultra-marine (Agrum), qui regroupe des médecins, a conduit une enquête auprès de 5 600 Martiniquais, Guadeloupéens, Guyanais ou Polynésiens.
" L'importance de la prévalence de l'obésité se trouve confirmée chez l'enfant comme chez l'adulte, mais aussi l'augmentation de son incidence, alors que le phénomène commence à s'infléchir depuis quelques années chez les enfants de métropole ", constate André Atallah, secrétaire d'Agrum. En Polynésie, territoire le plus touché, le surpoids ou l'obésité concernent ainsi 32,1 % des enfants et 67,4 % des adultes, contre respectivement 18 % et 46,5 % en métropole. Autre constat de l'enquête : 30 % des personnes en surpoids ou obèses (dont le rapport entre le poids et la taille au carré est supérieur à 25) déclarent considérer avoir un poids normal.
Pour lutter contre le phénomène, la proposition de loi suggère d'ajouter un article au code de la santé publique. Cet article imposerait qu'un " produit alimentaire de consommation courante " commercialisé outre-mer ne pourrait pas " contenir davantage de sucre que le même produit de même marque vendu en France hexagonale ". Il prévoit également qu'" un arrêté du ministre chargé de la santé fixe, après avis du Haut Conseil de la santé publique, la teneur maximale en sucres des boissons non alcoolisées et des spécialités laitières distribuées exclusivement dans les régions d'outre-mer ". Sont notamment visés des sodas fabriqués localement.
Le conditionnement et la commercialisation outre-mer de leurs produits sont fréquemment sous-traités par les groupes agroalimentaires. Aux Antilles, ce sont ainsi deux entreprises locales appartenant à la famille Huygues Despointes qui exploitent la licence Yoplait.
" Les industriels interrogés se contentent de répondre que les jeunes d'outre-mer préfèrent les produits les plus sucrés et que s'ils devaient baisser la teneur en sucre de leurs produits, ce sont leurs concurrents qui en bénéficieraient ", assure Victorin Lurel. Les entreprises contactées par Le Monde, en métropole ou aux Antilles, n'ont pas souhaité s'exprimer.
Le docteur Atallah ne conteste pas qu'il puisse exister chez les ultra-marins un goût particulier pour les aliments sucrés, peut-être lié à la culture de la canne à sucre, encore qu'il n'existe " aucun argument scientifique " pour étayer cela. " Mais quand le mode de vie se sédentarise, il faut faire évoluer les habitudes alimentaires, estime-t-il. Or quand on donne très tôt aux enfants le goût du sucre, il devient extrêmement difficile de revenir en arrière. "
Gilles van Kote


Le Monde n'étant plus ce qu'il était et n'ayant plus guère le temps et les moyens d'enquêter aurait pu, mais n'a pas fait, faire une étude approfondie des groupes qui font dans l'alimentaire outre-mer et s'intéresser au groupe Hayot qui s'est développé à l'origine en Martinique et qui a pris depuis une dimension mondiale. L'autre article du Monde de ce jour consacré à ce problème sous le titre «En Martinique, les associations de consommateurs sont mobilisées» n'en fait pas mention.
Il s'y connait pourtant aussi en sucres et pas seulement antillais.

Source

lemonde.fr
23.06.2011 daté du 24
ici

SvP .

SVP
**
**

Nombre de messages : 984
Date d'inscription : 21/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  Invité le Ven 24 Juin 2011 - 3:27

Je confirme les propos de SVP, problèmes identiques dans le Pacifique. En Polynésie la roulotte fait partie de la culture et du folklore local, celles de la place VAIETE sont incontournables tant pour les touristes que tous les habitants sans différenciation ethnique.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

roulotte face au R2

Message  Invité le Ven 24 Juin 2011 - 17:49

un dommage collateral du succès des cht'is et d'la baraque à frites? heiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnn

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  Invité le Lun 27 Juin 2011 - 16:35

godzilla a écrit: En Polynésie la roulotte fait partie de la culture et du folklore local.
A Moscou aussi, la roulotte russe fait partie de la culture. Un russe sur deux n'y retourne pas 2 fois. En effet on y pratique un vrai coup de fusil et ça coûte les yeux de la tête.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  Speed Hermann le Lun 27 Juin 2011 - 17:53

Ayant exercé en Martinique quelques années, je peux
dire que ce phénomène est courant, sauf que dans mon collège, la roulotte était
stationnée sur le trottoir et la vente des sandwiches et autres gâteaux se
faisait à travers les grilles. Quand je pense que la vendeuse s’évertuait avec
son journal à chasser les mouches des sandwiches, affraid tout cela sous l’œil complice
de l’Infirmier affraid du Collège (la vendeuse était son amie !) et qu’il trouvait
ça « sympa »…je me demande comment, la chaleur aidant, nous n’avons
pas eu d’intoxication alimentaire !



Mais, comme ils disent là-bas : « Ici, c’est pas la
métropole ! » Shocked
avatar
Speed Hermann
*
*

Nombre de messages : 276
Localisation : Alpha du Centaure
Date d'inscription : 22/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  Gars du Doubs le Lun 27 Juin 2011 - 18:36

c'est que le métro à l'estomac fragilisé par l'hygienisme forcené.
avatar
Gars du Doubs
***
***

Nombre de messages : 1754
Age : 48
Localisation : Meylan
Date d'inscription : 30/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Que faire ? rien si ce n'est fermer les yeux

Message  patoux38 le Dim 3 Nov 2013 - 16:49

Installée professionnellement sur ce territoire guadeloupéen, je ne peux que constater des pratiques totalement interdites sur l'hexagone ! Inimaginable de voir des roulottes servir des sandwichs et soda aux élèves du 2nd degré en région parisienne ou autre....Par convention, les CA autorisent l'installation de ces roulottes sans se préoccuper de la qualité nutritionnelle de ces produits vendus  une bonne partie de la journée à des enfants souffrant de plus en plus d'obésité. Tout cela pour répondre à une lutte hypothétique contre le chômage local, ou de satisfaire un clientélisme affectif exacerbé sur ce territoire....Sur le plan de la légalité, je ne peux que m'offusquer de l'absence d'une réglementation "DOM TOM" précise sur ce sujet : rappelant en autre les règles relatives à l'organisation d'un service annexe d'hébergement et donc de l'impossibilité d'avoir de tels points de restauration dans un EPLE (un seul point possible de restauration). Sur le plan des pratiques locales, tout est souvent mis en place pour garantir un minimum de risques : contrôles sanitaires au moins une fois par an....Les pratiques sont telles qu'il est impossible d'envisager pour le moment de revenir sur ce type d'acquis, il faut donc faire avec.....En espérant aucune intoxication alimentaire sévère qui de mon sens engagerait la responsabilité du commerçant, du chef d'établissement, du gestionnaire et de la collectivité territoriale ....

patoux38
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vol à la roulotte

Message  RETU le Dim 3 Nov 2013 - 17:20

patoux38 a écrit: Sur le plan de la légalité, je ne peux que m'offusquer de l'absence d'une réglementation "DOM TOM" précise sur ce sujet
Il y a déjà une réglementation, qui concerne l'ensemble du territoire, tu le sais déjà. M'est avis que ce système local ne peut être démantelé qu'au niveau politique, mais la population le veut-elle vraiment ? (cf article de Alo)

Ce n'est pas la première ni la dernière fois que l'intérêt de l'enfant passe après celui du monde économique.
avatar
RETU
*****
*****

Nombre de messages : 3488
Date d'inscription : 20/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum