Forum des gestionnaires d’EPLE
Bienvenue dans le forum des gestionnaires et personnels d'intendance des EPLE !

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  XIII le Mer 27 Oct 2010 - 11:35

ICI

édifiant...
XIII
XIII
***
***

Nombre de messages : 1125
Localisation : Somewhere over the rainbow
Date d'inscription : 26/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  Invité le Mer 27 Oct 2010 - 11:44

Il faut relativiser, ça ne fait que constater ce que l'on sait déjà, à savoir que les pions sont de la chair à canon, et les C.P.E....
Bah, pour les C.P.E., j'attends la réaction de V.I., on va bien rigoler! rire

P.S.: apparemment, il y aura d'autres articles par la suite, ça sera très intéressant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  Invité le Mer 27 Oct 2010 - 11:54

Cela dit c'est un peu facile, dans toutes les professions je peux envoyer des CV et tomber sur des brebis galeuses, et ne retenir que celles-ci.
Parfois, je me demande si l'Ecole n'est pas tout simplement malade du nombre de critiques incessantes qu'elle subit.

En tout cas il faut lire les commentaires, nettement plus contrastés.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  coffeeman le Mer 27 Oct 2010 - 11:55

C'est une version très négative, je ne crois pas que les recrutements, chez moi par exemple, se passe de la sorte.
coffeeman
coffeeman
******
******

Nombre de messages : 4665
Age : 48
Localisation : Derrière les barreaux...
Date d'inscription : 18/05/2006

http://www.espaceple.org

Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  Hippos le Mer 27 Oct 2010 - 12:01

Effectivement, c'est comme dans tous les aspects de la vie : il arrive plus souvent de dénoncer ce qui ne fonctionne pas bien que de magnifier ce qui est positif.
Notre propre forum en est un excellent exemple, son principal moteur est dans les difficultés rencontrées par les collègues. Voyez comparativement la place qu'y prend le « superisier »... (Tiens, d'ailleurs je vais de ce pas le mettre en post-it, il mérite bien ça).

_________________
Hippos

Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple. (Jacques Prévert)
Les règles de modération sur le forum.
C'est le propre et la richesse d'un forum que de partager les vécus et conseils qui peuvent parfois diverger, il ne faut pas s'emballer pour cela. Participez dans le respect de l'autre, dépersonnalisez et dépassionnez vos interventions, vous aurez alors à apporter aux autres. ©Alomero
.
Hippos
Hippos
Admin
Admin

Nombre de messages : 3856
Localisation : Un peu plus à l'ouest, je vous prie.
Date d'inscription : 03/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  wizzz le Mer 27 Oct 2010 - 12:14

Et tu te doutais de quoi le treiziste, que ceux qui sont tout en commencement de la merveilleuse chaîne alimentaire de l'EPLE hallucinaient lorsqu'ils entraient pour la première fois dans le monde magique de l'Education Nationale? Que le premier contact qu'ils avaient avec la hiérarchie pouvait être assez baroque?

Ben heureusement qu'on s'en doute, parce que sinon cela signifie qu'on est un tantinet décalé par rapport au monde que nous avons à gérer. Chefs qui s'acharnent à montrer qu'ils sont occupés, CPE le cul entre l'entretien et le flux de circulation de la marmaille, personnels cyniques et débordés, c'est le quotidien de chaque corps de métier de l'EN. Le recrutement des AE est une vaste tartuferie, préférable à l'ancien système par lequel le Rectorat vous plaçait ses sbires et dont vous ne pouviez vous défaire dans le cas où vous auriez récupéré un nuisible.

Ce que ne dit pas cet article qui enfonce des portes ouvertes, c'est l'énorme pénurie qui frappe les Vies Scolaires en terme de candidat au poste. C'est miracle si cette année j'affiche complet, et c'est au prix de sacrifices horaires dantesques en terme de gestion annuelle. Plus personne n'a envie de se coltiner les gosses, soit parce qu'ils font peur (sic) soit parce que les vocations sociales et éducatives d'autrefois sont désormais purement alimentaires, et qu'un call-center paye mieux qu'une collectivité quelconque. Et quand les responsables politiques de tout bord nous servent avant tout un discours sécuritaire dès qu'il s'agit de parler élèves et écoles, que croyez vous qu'il fassent? Ils découragent ceux qui hésiteraient encore à choisir le pionnicat pour concilier études et activité salariée.

Or, une fois qu'on a franchi la porte d'un bahut et qu'on a exterminé les préjugés, bizarrement, 2 AE sur 3 restent en poste par chez nous. C'est ce fameux tiers manquant quand ils partent pour une destination professionnelle meilleure ( souvent après obtention d'un diplôme ou d'un concours ) qui est si difficile à combler.

Je souligne enfin que le cynisme est certainement ce qui fait tenir un paquet de gens dans l'EN, il n'y a qu'à lire quelques extraits des proses disponibles ici-même. C'est devenu une qualité nécessaire et je souhaite bien du courage à ceux qui en sont totalement dépourvus.
wizzz
wizzz
***
***

Nombre de messages : 1401
Localisation : Corse / Catalogne / Bistrot.
Date d'inscription : 14/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  Invité le Mer 27 Oct 2010 - 13:06

Remplacer Asen (je pensais qu'on disait Ased) et pion par CUI et agent et vous avez un article sur les TOS en contrat aidés.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  barbule le Mer 27 Oct 2010 - 13:13

Gentil Intendant a écrit:
Bah, pour les C.P.E., j'attends la réaction de V.I., on va bien rigoler! on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Invisio2

.

J'ai eu des nouvelles récentes de VI .Il est actuellement en pèlerinage au Mont Canigou
Si vous cherchez à le joindre aujourd'hui , évitez la tranche horaire 17h/ 17h54 .
Je lui ai en effet recommandé d'écouter une émission qui devrait l'intéresser : "Chez le vétérinaire -Entre l'homme et l'animal " ( France Culture )

Extrait , cité par un journaliste :

" Avec le temps , les relations entre les humains et les vertébrés domestiques se sont grandement sophistiquées .Au début du néolithique , il était rare que Felix silvestris catus regarde la télévision sur les genoux de Mamie, ou que Canis lupus familiaris porte des manteaux de laine ...."

La question de la bouillotte sera -t-elle abordée ...


Oui, je sais, c'est hors sujet .C'est pour ça que j'écris en tout petit Embarassed
barbule
barbule
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 10066
Date d'inscription : 05/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  touïteur le Mer 27 Oct 2010 - 16:06

wizzz a écrit:Ben heureusement qu'on s'en doute, parce que sinon cela signifie qu'on est un tantinet décalé par rapport au monde que nous avons à gérer. Chefs qui s'acharnent à montrer qu'ils sont occupés, CPE le cul entre l'entretien et le flux de circulation de la marmaille, personnels cyniques et débordés, c'est le quotidien de chaque corps de métier de l'EN. Le recrutement des AE est une vaste tartuferie, préférable à l'ancien système par lequel le Rectorat vous plaçait ses sbires et dont vous ne pouviez vous défaire dans le cas où vous auriez récupéré un nuisible.
Souvenirs, souvenirs...
Tout le monde - ici et encore plus sur rue89 - n'a pas connu les MI-SE dont une part notable - celle qui a tellement abusé du système que très peu ont pleuré sa disparition bien que ce fut au détriment des étudiants sérieux - a du sinon convertir les CPE et CE du moins leur faire regarder d'un autre oeil les avantages et désavantages de l'embauche locale que ce soit sous statut public ou sous satut privé.

Les établissements où les assistants pédagogiques et les assistants d'éducation sont embauchés sérieusement, par des procédés éprouvés, sur des postes exactement définis, avec des critères de sélection en phase avec le projet d'établissement, de véritables équipes se forgent et sont efficaces. Certes il vaut mieux que les CE et prof responsable de discipline pour les premiers et CE et CPE pour les seconds soient rodés à entretien d'embauche. Le mieux est que parmi les recruteurs figure quelqu'un qui ait l'expérience du privé. Ceux des recruteurs qui n'ont jamais connu de leur vie entretien d'embauche manquent parfois de repères. Mais ils s'acquièrent.

Il est des jours où l'on regrette que ce système de recrutement ne soit pas étendu à d'autres sphères que celles des assistants et des pions ...

wizzz a écrit:Ce que ne dit pas cet article qui enfonce des portes ouvertes
Il y a déjà eu sur Rue89 de "brillants" heureusement éphémères, contributeurs - le sujet s'épuise rapidement - redresseurs de tort d'éducation nationale et qui se vantent de leur expérience exceptionnelle d' immersion dans les zones difficiles chez les fauves et les zoulous. Que même ils en réchappent au péril de leur vie et qu'ils vont vous raconter cela dans un bouquin dès que possible. Ceci dit ce syndrome atteint plus souvent que le pion l'agrégé en premier poste dans le proche 9-3, ce dernier heureusement a son appartement à 30 minutes de RER, dans Paris intra-muros, ou bien à Meaux dans une coquette propriété avec piscine mais petite pour s'en remettre. Récits dont raffolent les médias. Mais pas trop les collègues.

wizzz a écrit:c'est l'énorme pénurie qui frappe les Vies Scolaires en terme de candidat au poste.
On n'a pas ce problème par ici. Mais il est vrai que l'on a constitué un carnet d'adresse étoffé et que les entretiens d'embauches sont en partie mutualisés sur le district. La difficulté étant moins de trouver des surveillants que des assistants lorsque l'on cherche des assistants déjà costauds dans leur spécialité. Lesquels préfèrent des bahuts à proximité de leur lieu d'étude. Si tu cherches des assistants scientifiques et que la fac proche est littéraire...

wizzz a écrit:Plus personne n'a envie de se coltiner les gosses, soit parce qu'ils font peur (sic) soit parce que les vocations sociales et éducatives d'autrefois sont désormais purement alimentaires, et qu'un call-center paye mieux qu'une collectivité quelconque. Et quand les responsables politiques de tout bord nous servent avant tout un discours sécuritaire dès qu'il s'agit de parler élèves et écoles, que croyez vous qu'il fassent? Ils découragent ceux qui hésiteraient encore à choisir le pionnicat pour concilier études et activité salariée.
T'as raison. Ceci dit on entend plus de boutefeux d'un bord que de l'autre... Les uns déconstruisent l'éducation les autres sont juste en panne d'idées.

wizzz a écrit: Or, une fois qu'on a franchi la porte d'un bahut et qu'on a exterminé les préjugés, bizarrement, 2 AE sur 3 restent en poste par chez nous. C'est ce fameux tiers manquant quand ils partent pour une destination professionnelle meilleure ( souvent après obtention d'un diplôme ou d'un concours ) qui est si difficile à combler.
Dans les bahuts bien organisés sans trop de cyniques aux manettes...

wizzz a écrit:Je souligne enfin que le cynisme est certainement ce qui fait tenir un paquet de gens dans l'EN, il n'y a qu'à lire quelques extraits des proses disponibles ici-même. C'est devenu une qualité nécessaire et je souhaite bien du courage à ceux qui en sont totalement dépourvus.
Cynisme ou incapacité de se projeter hors de l'éducation nationale ou plus généralement de la fonction publique ?
Il est plus facile de tenir discours cynique - peut-être plus des blasés qui surjouent leur personnage que cyniques - que de reconnaître la trouille de l'inconnu.


touiteur .

touïteur
**
**

Nombre de messages : 530
Date d'inscription : 27/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  Invité le Mer 27 Oct 2010 - 17:28

touïteur a écrit:
Il est des jours où l'on regrette que ce système de recrutement ne soit pas étendu à d'autres sphères que celles des assistants et des pions ...
Pourquoi donc, il y a bien un entretien oral lors de tout recrutement. Bon d'accord, profs et gestionnaires sont recrutés au niveau national ou académique, et non au niveau de l'établissement.
Ceci dit, dans nos zones défavorisées, si nous devions trouver sur place nos enseignants, bigre ! autant chercher une botte de foin dans une aiguille.


aleph

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  touïteur le Mer 27 Oct 2010 - 19:10

Aleph a écrit:
touïteur a écrit:
Il est des jours où l'on regrette que ce système de recrutement ne soit pas étendu à d'autres sphères que celles des assistants et des pions ...
Pourquoi donc, il y a bien un entretien oral lors de tout recrutement. Bon d'accord, profs et gestionnaires sont recrutés au niveau national ou académique, et non au niveau de l'établissement.
Ceci dit, dans nos zones défavorisées, si nous devions trouver sur place nos enseignants, bigre ! autant chercher une botte de foin dans une aiguille.
aleph

En fait je ne pensais pas aux enseignants et assimilés.

Mais pour les profs futurs cela risque se pratiquer avec la réforme sarkosienne de la mastérisation, officieusement d'abord pour ensuite être validé.
J'ignore et je ne dois pas être le seul les incidences immédiates et les incidences à moyen terme du bouleversement des méthodes.
Y aura t-il moins de candidats ?
Y aura t-il suffisamment de reçus ?
Dans ce dernier cas, les sortants de concours seront-ils de qualité suffisante ?
Quel déchet y aura t-il ensuite chez les bacs plus cinq, l'élite quoi !, surprise du contact avec les élèves et avec les collègues et qu'il faille mettre les mains dans l'encrier sans crier ? Etc.

Dans le primaire que je connais mal, je n'en ai aucune idée. Mais dans le secondaire je pressens des pénuries de profs ici ou là et particulièrement dans des matières délaissées par les mastérisés. Il y a risque fort, même sans aller jusqu'à suivre le Wizzz qui laisse à penser qu'il pourrait y avoir un certain "désamour" pour l'enseignement ou la vie scolaire.

Pour autant il y aura un fort volant d'étudiants d'université sans le concours officiel mais mastérisés et pas que d'un master spécialisé educ.nat., disponibles et à la recherche de financements.
Alors, faussement surpris, les recteurs du ministre sauront adresser aux CE qui seront en peine de profs nommés nationalement, de ces jolies circulaires qu'ils savent commettre en ces situations.
Ils leur conseilleront de se démerder avec... le dit "volant" et de les recruter directement.

Pour peu qu'on facilite alors la reconduction de leur embauche par un petit texte de loi qui permette une nouvelle catégorie de prof underground et hop ça roule ma poule et mon pool de profs. Qui parie ?

Comme ensuite il y aura de savantes études - sur commande - des performances de tous ces bizuths, la première année puis les suivantes, d'excellents rapports sollicités par le Chatel du moment arriveront à point nommé sur le bureau du ministre et au Figaro : ces rapports constateront que les prestations de ces jeunes gens "volants", passés par une autre voie que celle des masters éduc. nat. puis le concours, valent bien celles des nouveaux profs officiels et fraîchement diplômés.
Et que peut-être même il sera démontré qu'elles puissent être meilleures. Pour peu que les premiers soient davantage branchés avec la réalité et leurs futurs publics que les seconds, ce sera plausible. Lesquels seconds, mastérisation éduc.nat. + concours aidant, seront bien plus nombreux que maintenant à être du genre issus de famille aisée de profs, bref, des MAIF-MGEN-CASDEN.BP-un temps CAMIF depuis le berceau jusqu'à la fac, des jamais sortis de la sphère éduc.nat.

Les bonnes âmes s'ébaubiront de ce que le concours national ne garantisse pas meilleure performance. Bref n'apporte pas franchement de plus-value. Je parie que parmi les grands principes, ce sera celui du principe de réalité qui sera évoqué avec à l'appui par exemple : la performance PISA de systèmes étrangers régionalisés ou localisés rappelée si cela peut aider à la démonstration; la régionalisation et la départementalisation conjuguées, le poids grandissant des CT dans la formation - même initiale - constatée; un Copé, ravi de faire un coup du genre de l'examen d'entrée en sixième, sortira de son chapeau un tit'article de loi rendant possible l'expérimentation du recrutement sur place des profs. Avec ou non une étape transitoire par la CT, probablement la région.
Juste une tit'expérimentation, ne vous affolez pas ! entendra t-on. Comme celle des préfets des études ou des médiateurs de la réussite. Et puis ensuite ce sera étendu au territoire sans même qu'il en soit bilan de fait puisque c'est une décision idéologique. Comme cette mastérisation pour le recrutement des instits et des profs et des CPE.

Politique fiction ?
S'il y a reconduction de la même équipe - ou d'un clone - en 2012, je parie que non. Rendez-vous ici en 2017.
L'argument sous-entendu étant : le recrutement et la formation nationaux n'apporte aucun plus, on en a la preuve, il coûte cher, dégraissons donc le mammouth ! l'Etat se gardant alors la seule détermination des programmes et des normes des concours et sous-traite le reste, aux CT et au privé.

P.S.

modifié le jeudi 28.10.2010 à 11:43

t .

touïteur
**
**

Nombre de messages : 530
Date d'inscription : 27/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion"  ) Empty Re: on s'en doutait...( ou "Comment je suis devenu pion" )

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum